On connaissait les magnets du le frigo, mais là, il s'agit d'un frigo totalement magnétique.

armoires réfrigérées de supermarché
armoires réfrigérées de supermarché © AFP / Philippe Turpin/photononstop

Une technologie pour demain mais d'ores et déjà mature. Et qui pourrait sous peu remplacer nos frigos domestiques, plus surement les armoires réfrigérées des supermarchés,  où on trouve le beurre, le fromage et la pâté en croûte. Si l'on cherche une nouvelle technique de réfrigération alors que celles mises en oeuvre actuellement fonctionnent bien, c'est parce qu'en dépit de leur efficience, elles ne sont pas suffisamment écologiques.  Après avoir banni les composés polluants ou inflammables  et s'être rabattu  sur l’ammoniac et le CO2, il faut poursuivre les efforts.

D'autant que l'industrie du froid est très gourmande en énergie. Dans les pays développés, c'est 17% de toute l’électricité consommée. Et parce que le 1/4 de cette consommation est à mettre au débit de l'agro alimentaire, voilà le secteur qui pourrait être le plus intéressé par le réfrigérateur magnétique. 

Comment ça marche?

Le principe n'est pas si nouveau. L'effet magnéto calorique a même été couronné par un prix Nobel de Physique en 1949.  Pour faire simple, on utilise les propriétés qu'ont certains matériaux à s'échauffer quand on les soumet à un champ magnétique et à se refroidir quand on les désaimante. Cette différence de température est utilisée dans le cadre du transfert de chaleur...  

Selon la loi de la thermodynamique, il y a toujours un équilibre thermique qui se fait entre le chaud et le froid. Si vous mettez une source chaude à côté d'une source froide, elle va spontanément échanger de la chaleur et ce qui est plus froid va se réchauffer. 

Des matériaux "magiques"

Dans un réfrigérateur classique, on fabrique du froid en comprimant et dilatant alternativement un gaz ou un fluide par l'entremise d'un compresseur. Dans un frigo magnétique, on joue sur ce transfert de chaleur grâce au magnétisme et aux matériaux un peu magiques, des alliages métalliques savamment constitués à partir de fer, silicium, nickel et de terres rares. Gadolinium, lanthane par exemple. Tout le défi est de trouver le bon alliage, car si le spatial et ses températures extrêmes ont su utiliser l'effet magnéto calorique depuis longtemps, le faire à température ambiante est bien plus compliqué. 

Pourtant, une entreprise française, Cooltech a déjà des résultats prometteurs. Elle utilise l'une des terres rares les moins rares, le lenthane pour ses alliages et développe des frigos de fortes puissances 20 à 100 KW. Moins gourmands en énergie d'un tiers, et plus efficaces en production de froid.

Au départ, l'industriel devra investir mais en 2 à  5 ans, son équipement sera rentabilisé. Ces frigos du futur seront en outre silencieux et moins exigeants en maintenance que les systèmes actuels.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.