L'objectif de la France est de diminuer la consommation énergétique de 20% d'ici 2030, avec notamment l'isolation de 400.000 bâtiments par an.

L'objectif de la France est de diminuer la consommation énergétiques de 20% d'ici  2030.  Parmi l'arsenal de conduites vertueuses à adopter, l'isolation, à raison de 400 000 bâtiments  par an. De plus en plus souvent, les particuliers privilégient des matériaux bio sourcés dont la variété ne cesse d'augmenter. On a désormais l'embarras du choix: la laine de mouton,  le coton de jean recyclé, le chanvre,  le liège, la fibre de bois, la ouate de cellulose. Il faudra peut-être bientôt ajouter le tournesol.

Objectif: valoriser les déchets agricoles

Des chercheurs de l'IRSTEA Clermont Ferrand (l'Institut de recherche en sciences  et technologie pour l'environnement et l'agriculture) ont exploré les possibilités du tournesol. Les pailles laissés sur le champ une fois la récolté achevée ont 2 avantages: elles sont nombreuses compte tenu de l'importance de cette culture dans le monde et leurs propriétés mécaniques et thermiques sont très intéressantes. Selon Jean-Denis Mathias,chercheur à l'Irstea, 

"la tige du tournesol comprend une moelle très poreuse et une écorce fibreuse , des microstructures a priori adaptées " 

Pour valoriser ce déchet, il suffit de récolter les pailles de tournesol, de  les stocker, de les sécher et ensuite de les agglomérer. Pour cela, il fallait un liant. Les chercheurs de l'IRSTEA font coup double avec la mise au point par leurs soins d'une colle, elle aussi biosourcée. "Cette colle comporte un composé, le chitosane, issu de la chitine contenue dans la carapace des crustacés et que l'on trouve aussi dans des champignons. Cette colle présente une résistance au cisaillement mécanique supérieure à d'autres colles biosourcée. Elle a permis d'agglomérer les panneaux de tournesol en plaques de 60cm par 120.

Brevets déposés

Protégés par des brevets, ces innovations intéressent d'ores et déjà des industriels pour qui le surcout éventuel ne serait pas un obstacle. Aujourd'hui, la diversité des colles sur le marché s'explique par des besoins spécifiques. La colle à base de crustacés est idéale pour le bois ou les métaux. C'est maintenant aux industriels de lui donner un avenir. D'ici là, les chercheurs de l'IRSTEA vont poursuivre leur exploration des déchets agricoles et tenter l'isolation à base de maïs.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.