Créer des plantes qui éclairent, c'est l'idée de tro jeunes scientifiques de Strasbourg qui sont aujourd'hui finalistes du concours "Docteurs-Entrepreneurs" qui a lieu aujourd'hui.

Et si un jour vous dîniez, non pas aux chandelles, mais aux plantes, et si un jour vous lisiez un livre sur un banc à la lumière d'un arbre ? et si la veilleuse de votre bébé était une orchidée ?

L'idée peut faire sourire... certains scientifiques y croient. Aux Etats Unis et en France .... un trio de lorrains, formés à Strasbourg a même décidé de créer son entreprise pour développer ce projet futuriste. Ces jeunes docteurs , tout récemment diplômés, sont spécialistes de chimie pour l'un , de biologie pour l'autre et de cancérologie pour la troisième. Et leur idée, c'est donc de tirer partie d'une propriété de certains organismes vivants: la bioluminescence. L'émission de lumière dans le noir. Les vers luisants, lucioles , certains calmars, certaines formes de planctons, de méduses aussi ont cette capacité .

Transférer la bioluminescence aux plantes

Le principe consiste à insérer dans des plantes classiques les gènes responsables de cette bioluminescence naturelle. Une technique selon eux plus efficace que la méthode choisie par les américains, lesquels insèrent des bactéries bioluminiscentes dans les plantes. Mais les bactéries, pour avoir un effet éclairant, il en faut beaucoup.... Les images montrées sur Internet par les deux start-up américaines Taxa et Gleaux seraient "gonflées" par des filtres colorant...

Faire la preuve du concept

Eux croient à leur choix technique, sauf qu'ils n'ont pas encore de prototype à montrer. Il leur reste cette étape cruciale à franchir, notamment pour convaincre des investisseurs: faire la preuve de leur concept. Ce sera sur le tabac, une plante largement étudiée dans la communauté scientifique. Elle a l'avantage d'avoir de larges feuilles et d'être assez jolie contrairement à l'arabidsopsis, l'arabette des dames, une autre plante star des labo, mais aux qualités esthétiques moindres.

L'esthétique, c'est un argument phare. Les plantes qui éclairent, serviront dans un premier temps en intérieur, pour créer une ambiance. Dans un bar, un restaurant, une discothèque.... Même s'il s'agit de penser la ville du futur et de préserver la ressource, le chemin est encore long jusqu'aux espaces publics extérieurs.

Trouver le financement

Aux Etats Unis, on paie pour voir. En France, c'est le contraire. Les investisseurs sont frileux et il est difficile pour de jeunes entrepreneurs (a fortiori chercheurs) de lever des fonds. Voilà pourquoi ce 17 mars est important pour notre trio lorrain de "Greenovation". Ils sont finalistes du concours Docteurs entrepreneurs qui a lieu a Paris dans quelques heures. Un concours qui vise à récompenser les meilleures initiatives entreprenariales de jeunes diplômés. On leur souhaite d'être sur le podium pour pouvoir boucler leur budget et semer leur première graine de lumière.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.