Après le "Made in France" et le "Made in China" voici le "Made in Space"...Fabriquer en orbite ou sur d'autres planètes le matériel dont on a besoin plutôt que de l'apporter, c'est avant tout une question économique.

vue d'artiste de la Cupola un des modules de l'ISS
vue d'artiste de la Cupola un des modules de l'ISS © AFP / ESA/D Ducros/leemage

Il n'y a pas que le caviar ou la truffe qui sont hors de prix... Il y a aussi le  kilo embarqué pour l'espace. Aux environs de 15 à 20 000 euros le kilo .. A ce prix là, la station spatiale internationale a coûté 150 milliards d'euros à construire. Exorbitant si on veut multiplier les projets d'habitat en orbite ou installer des bases sur la lune comme on en parle ces temps-ci, aux Etats-Unis mais aussi au sein de l'Agence Spatiale Européenne

L'idée pour diminuer les coûts est donc d'apporter la matière première et de fabriquer sur place. En particulier avec des imprimantes 3D. Une idée qui fait sens selon la plupart des ingénieurs spatiaux car désormais, on peut imprimer du métal. Selon Hervé Gilibert , directeur technique d'Ariane group,  la fusée Ariane 6  comportera 10% de pièces produites avec cette technologie.  "On peut imaginer emmener la poudre qui servira à l'impression 3D plutôt que des objets déjà fabriqués dans la coiffe d'une fusée. Cela permettra d'emporter plus de matières premières et cela a donc un sens". 

Pas de limites

L'autre intérêt c'est que cela éviterait de faire tous les tests pré-vols aujourd'hui obligatoires.  Satellites, sondes, instruments scientifiques, matériaux et circuits électroniques doivent démontrer leur résistance au froid extrême, aux radiations et aux vibrations du décollage avant d'être envoyés dans l'espace.  Par ailleurs,  par crainte de pannes,  on redonde les équipements. Dans le cas d'une fabrication dans l'espace, il suffit de livrer la matière première. Déjà, les premiers essais ont été faits. Après avoir déclaré "aptes" les imprimantes 3D en apesanteur, les européens comme les américains ont livré à la station une machine.  Un casier de rangement pour les astronautes a pu être fabriqué en 5 jours à partir d'un simple dessin " explique Mike Snyder, l'un des fondateurs de Made in space .  Pour Max Fagin. ingénieur dans la société, "tant qu'on nourrit la machine, elle peut produire des pièces de la longueur souhaitée. Ensuite, l'assemblage peut être réalisé avec un bras robotique".   Pour ces entrepreneurs du spatial nouvelle génération, rien n'est impossible. Ils imaginent sans peine façonner dans l'espace des poutrelles métalliques de station orbitale, la structure d'un habitat.. finalement, c'est du mécano ou du légo spatial en somme....  On pourrait ainsi assembler de nouveaux modules de station orbitale ou des habitats lunaires. En revanche, construire une fusée de A à Z ne semble pas réaliste. Mais transformer les ressources de la lune ou d'autres corps célestes en carburant semble aujourd'hui envisageable. Hervé Gilibert  d'Ariane Group pense que tout ça se fera dans la décennie....Des modules complets  pourraient ainsi sortir non pas de terre mais de lune ou de Mars...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.