Les assistants vocaux sont à la mode! S'ils peuvent rendre des services, ils n'en sont pas moins une menace pour notre vie privée... Heureusement, des solutions sont en vue pour éviter d'avoir nos vies sur écoute.

A Noël, on a vu débarquer en nombre les assistants vocaux, ces boîtiers que l'on commande à la voix.  Pour évaluer les fonctionnalités de ces boitiers design à qui l'on demande l'heure, le temps qu'il fait, les dernières infos ou l'allumage de la télévision, il suffit d'aller sur Internet. Les youtubeurs s'en donnent à coeur joie, parfois avec un sens critique bienvenu. Car, de fait, jusqu'ici les performances ne sont pas parfaites.

Surtout, ces assistants vocaux ont un autre défaut : ils vous rendent prisonnier d'autres marques.  Ceux qui les ont développés, Google, Amazon et bientôt Facebook  signent des partenariats avec les entreprises fabricantes d'objets communicants . Ce faisant, elles les rendent dépendantes de leur système.  Pour écouter de la musique, il faudra aller sur telle plateforme partenaire, pour enclencher la machine à laver, avoir telle marque. C'est une véritable colonisation numérique selon Rand Hindi, fondateur de Snips, une jeune pousse qui propose une alternative. 

Pire, avec leur micro, ces assistants sont de véritables mouchards. Se pose alors la question de la vie privée. Sans en avoir réellement conscience, quiconque parle à l'assistant vocal est susceptible d'être "étiquetté". Ses goûts, ses habitudes, ses achats, la composition de sa famille et même sa voix, donnée biométrique sont enregistrés, partent dans le cloud et servent ensuite à des fins commerciales après traitement par algorithmes. 

L'un des usages les plus courant que font les GAFA de ces données privées est le ciblage commercial. Votre profil va en effet déterminer l'envoi ciblé d'annonces publicitaires. 

C'est pour lutter contre cette vampirisation que Snips développe son système de traitement local de données. Cela s'appelle le "hedge computing" et cela consiste, par de l'intelligence artificielle et un boitier rasberry pie à traiter en boucle fermée et sans utiliser le cloud les informations. La jeune pousse , présente deux années consécutives au CES développe une solution qui se veut plus éthique et plus accessible. Elle travaille en open source et son but n'est pas de développer un énième assistant vocal mais de mettre au point une plateforme quasi universelle que chacun pourrait ensuite personnaliser, améliorer, adapter à ses besoins. A l'échelle individuelle comme industrielle. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.