Anthony Bellanger.Vous souhaitez un bon anniversaire au plus vieux chef d’Etat de la planète… Robert Mugabe.

92 ans donc pour Robert Mugabe, président du Zimbabwe, un pays d’Afrique australe frontalier avec l’Afrique du Sud. 92 ans et je pourrais même ajouter « et toutes ses dents » puisque c’est justement le problème. Je m’explique. Tous les ans, depuis 1986, le chef de l’Etat zimbabwéen fête son anniversaire en direct à la télévision nationale. Jusque-là, rien de particulièrement fantasque : on a connu pire en Afrique en terme de délire égomaniaque. Souvenez-vous des diamants de l’empereur de Centre-Afrique Bokassa, des marigots remplis de caïmans de Mobutu, du Zaïre et sa toque en peau de léopard et son sceptre de maréchal. Mugabe à coté, c’est du jansénisme ! Sauf que cette année, l’anniversaire du vieil homme a dépassé toutes les bornes. D’abord, il a coûté la bagatelle de 800.000$ ! Ensuite, il a fallu abattre une cinquantaine de bœufs pour satisfaire tout le monde. Et enfin il y a le gâteau…

Qu’est-ce qui se passe avec le gâteau ?

D’abord, il était énorme ce gâteau : 92kg de crème et de ganache. Ensuite, il était en forme de continent africain. En clair, les invités et le président ont mangé l’Afrique à pleines dents. Mais surtout, trop c’est trop, comme dirait Martine Aubry… Le pays est en ce moment au bord de la disette à cause d’une sécheresse historique qui met en insécurité alimentaire des millions de Zimbabwéens. L’énorme gâteau coloré et africain de Robert Mugabe a donc paru indécent. Si l’on ajoute à cela la mise en coupe réglée du pays par le parti au pouvoir, le Zanu PF, la fuite de centaines d’opposants politiques et de plusieurs centaines de milliers de Zimbabwéens qui fuient la misère, le tableau de l’indécence est presque complet.

Pourquoi presque, il y a pire !

Oui, il y a pire : il y a l’épouse du président. Grace, 50 ans c’est-à-dire 42 de moins que son auguste mari de président. Elle n’a guère posé de problèmes, Grace, jusqu’à il y a deux ans où elle a décidé que le pays n’attendait. Elle a commencé par éliminer les femmes de l’entourage présidentiel, dont la vice-présidente Joyce Mujuru. Et petit à petit, elle s’installe à la tête du parti. Parce que, cette histoire de gâteau n’aurait pas de sens sans l’âge du capitaine. C’est parce que Robert Mugabe s’affaiblit à vue d’œil, qu’il trébuche sur les tapis rouges, qu’il oublie les discours qu’il vient de prononcer et qu’il mange son gâteau la main tremblante, bref c’est parce que ça sent le sapin que tout le monde s’agite. Dans le cas de Robert Mugabe, ce n’est plus l’automne du patriarche mais l’hiver du patriarche. Ça se passe en direct à la télévision ce qui a l’avantage de permettre à tous ses opposants d’aiguiser leurs couteaux à temps pour la curée.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.