Géopolitique par Anthony Bellanger

Aujourd’hui, vous avez repéré une affaire d’espionnage en Lituanie Une affaire qui vient à peine d’éclater et qui fleure bon la guerre froide. Hier, un communiqué du ministère de la Défense lituanienne faisait savoir qu’un officier avait été arrêté pour espionnage.Un officier qui était affecté à Zoknaï, une des bases de surveillance aérienne les plus importantes de l’OTAN dans les pays baltes. Une arrestation qui en préfigurent d’autres : on parle en Lituanie du démantèlement d’un réseau entier d’espions.Et évidemment, c’est une fois de plus la Russie qui est visée. La Russie qui, depuis plusieurs mois maintenant, multiplie dans cette région très sensible de la mer Baltique les vols d’avions de chasse, de bombardiers et les manœuvres navales.C’est simple : en 2014, l’OTAN a dénombré plus de 400 incidents impliquant les forces armées russes. Deux fois plus qu’en 2013. Pour les forces aériennes russes, c’est même 5 fois plus qu’en 2013. Du jamais vu depuis la fin de la Guerre froide.Relance : que cherchent les Russes ? D’abord à inquiéter. Les 3 Etats baltes – Lituanie, Estonie, Lettonie – appartenaient à l’Union soviétique jusqu’en 1991 ; les 3 sont entrés ensemble dans l’Union européenne et dans l’OTAN en 2004 ; les 3 ont aujourd’hui l’euro pour monnaie.Sans compter qu’un tiers de la population de l’Estonie et de la Lettonie sont de langue et de culture russes. Autrement dit, les 3 pays baltes sont 3 petites Ukraine en puissance. Grosso modo, le message du Kremlin c’est : pas sans nous !La Russie veut peser sur leur avenir, leurs décisions, leurs alliances. Elle estime que les pays baltes, comme l’Ukraine ou la Biélorussie, font partie de son aire d’influence. En multipliant les incidents militaires, elle montre qu’elle peut nuire.

Relance : est-ce efficace ? Oui, bien sûr ! En 2014, les trois pays baltes ce sont par exemple entendus pour augmenter leurs dépenses militaires. La Lituanie a même devancé l’OTAN et mis en place dès le 1er novembre une force d’intervention rapide de 2.500 hommes.Tout ce qui peut, en plus, ancrer définitivement les 3 pays avec l’Europe est fait. L’appartenance à la zone euro comprise. Il y a un an, seul 41% des Lituaniens voyaient d’un œil positif l’adoption de l’euro. Aujourd’hui, ils sont 63%.Autrement dit, cette politique de déstabilisation de Moscou est surtout efficace pour jeter les pays baltes dans les bras de l’Europe, de l’OTAN et donc les éloigner un peu plus encore de la Russie.C’est tout le paradoxe de la politique russe en ce moment : plus Poutine montre ses muscles, plus il fait peur – en Ukraine ou dans les pays baltes, et plus la Russie perd en influence et en prestige. C’est perdant – perdant en somme !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.