Il prend ses fonctions le 20 janvier. Il sera l’homme de l’année puisqu’il entend tout bouleverser dans la politique des Etats-Unis. Cela pose bien des questions...

Cela inquiète souvent mais voici, cher M. Trump, quelques propositions sur la manière dont vous pourriez mettre vos idées en application pour le plus grand bien de votre pays et du monde.

La Russie, d’abord. Faites dire à Vladimir Poutine que, sous votre présidence, les Etats-Unis pourraient publiquement et définitivement renoncer à toute idée d’intégration de l’Ukraine et de la Géorgie à l’Alliance atlantique. Vous lui donneriez ainsi une immense satisfaction puisque la Russie ne veut pas que l’Otan s’étende jusqu'à ses frontières. Cela ne changerait rien à l’équilibre des forces puisque deux de vos prédécesseurs, Georges Bush et Barack Obama, ont déjà manifesté leur refus de défendre les frontières ukrainiennes et géorgiennes contre l’avancée des troupes russes et que vous les en approuvez mais, avec une telle offre, vous pourriez obtenir beaucoup de Vladimir Poutine.

Vous pourriez lui demander, en échange, de se retirer d’Ukraine orientale et des territoires qu’il occupe en Géorgie, de respecter un statut de neutralité internationalement garanti de ces deux pays, d’organiser un nouveau référendum en Crimée sous contrôle de l’Onu et de réellement œuvrer, enfin, à un compromis politique en Syrie plutôt qu’à un faux-semblant d’ouverture de Bachar al-Assad qui ne résoudra rien.

Israël, maintenant. Vous avez annoncé que vous y feriez transférer votre ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. Cela surprend et fait peur mais, en fait, pourquoi pas puisque, dans une solution à deux Etats, Jérusalem devrait être, à la fois, la capitale d’Israël et de la Palestine ? Vous pourriez donc dire à la droite israélienne au pouvoir que l’amorce de ce transfert, l’achat de terrains par exemple, serait une anticipation de l’ouverture et du succès de négociations avec les Palestiniens, condition que vous mettriez à la réalisation de votre idée. Vous pourriez ainsi faire beaucoup bouger les choses et peut-être même devenir, la fortune souriant aux audacieux, l’artisan d’un accord de paix.

Quant aux autres suggestions à faire à Donald Trump, en voici deux.

Au soir de son élection, le candidat républicain s’était engagé à lancer un vaste programme d’investissements dans les infrastructures américaines. Ce plan de relance serait une excellente chose pour les Etats-Unis et pour l’Europe qui pourrait alors s’en inspirer.

Faîtes-le, M. Trump. N’oubliez surtout pas cette promesse et pour ce qui est, enfin, de votre refus de continuer à faire financer la Défense européenne par le contribuable américain, un seul amendement à vous suggérer. Donnez-nous un délai, quelques années avant que le couperet ne tombe, mais ne reculez pas d’un millimètre, ne cédez pas, car l’Europe devrait ainsi se doter d’une Défense commune et ce serait, à tous les points de vue, économique, politique et technologique, la meilleure chose qui puisse nous arriver.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.