et annoncé de nouveaux missiles pour l'armée russe...

Est-ce une mode chez les autocrates du monde mais les annonces testostéronées se succèdent en ce moment : Xi Jinping le Chinois pour l'éternité, Erdogan le Turc souhait le martyr à une petite fille en pleurs et Kim Jong Un le Nord Coréen et ses gros missiles.

Il faut ajouter ajouter à cela le « gros bouton atomique » de Donald Trump qui, en plus, assure-t-il, fonctionne ! On a peur de ce que cela signifie : l'a-t-il essayé, un soir de pleine lune ? Voilà donc depuis hier les « mimissiles » de Poupoutine.

Le président russe, qui n'est plus que 15 jours à attendre pour être plébiscité par les urnes, à annoncé que, d'une part, les Russes avaient mis au point un missile à propulsion nucléaire et que d'autre part, l'armée russe disposait désormais de l'arme fatale :

Un missile balistique à tête nucléaire capable de percer toutes les défenses et de tromper tous les radars. La mère – oh pardon – le père de tous les missiles en somme. Conclusion : la Russie est de retour et elle est redevenue une superpuissance !

On sent que vous n'êtes pas convaincu par ces annonces...

Que je sois convaincu ou non, c'est le cadet des soucis de Vladimir Poutine. Cette annonce a été faite à l'attention des Russes du commun qui veulent du pain et des jeux, panem et circenses !

Cela fait 4 années pleines que les Russes souffrent d'une crise interminable, depuis la chute du prix du pétrole et donc du gaz qui a beaucoup réduit les moyens de l'Etat russe. Côté pain, Vladimir a donc promis de dépenser, dépenser, dépenser.

Il peut presque se le permettre depuis la récente remontée du prix des hydrocarbures : à 60/65 dollars le baril, la Russie recommence à gagner de l'argent. Ce n'est pas encore spectaculaire, comme dans les années 2010/2014, mais ça aide.

Et côté jeux, il y a donc le retour de la terrible et crainte Russie avec les fameux « mimissiles à Poupoutine ». Peu importe que ces annonces soient vraies ou non, l'important est d'expliquer que malgré des moyens limités, on peut encore porter beau !

Comment ça des moyens limités ? L'armée russe est une des 1ères au monde !

C'est là que la réalité rattrape les rêves de grandeur poutinienne. La Russie à le PIB de l'Espagne : 1500 milliards de $ annuels. Par contre la population russe est 3 fois celle de l'Espagne. En clair, la Russie est 3 fois moins riche que nos voisins espagnols.

Son budget militaire devrait donc être en proportion de cette richesse très limitée ? Pas du tout ! La Russie dépense 70 milliards de $ par an pour son armée, c'est 15 milliards de plus que la France qui trouve déjà la facture salée : en clair, la Russie se ruine !

Et même en ce ruinant, son budget militaire ne réprésente qu'un tiers de celui de la Chine et un huitième de celui des Etats-Unis. La grande, puissante et ombrageuse Russie n'est donc un nain déguisé en dragon mais qui fait beaucoup beaucoup de bruit !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.