Où l'on voit les deux raisons qui auront éteint le terrorisme islamiste sous vingt-cinq ans

Tout a une fin. Ce terrorisme islamiste qui a encore frappé avant-hier à New-York aura donc la sienne mais, autant le dire, elle n’est pas pour demain. En Occident comme en Asie, en Afrique comme au Proche-Orient, les attentats djihadistes continueront à tuer pour une bonne vingtaine d’années et il y a deux raisons à cela.

        La première est qu’Al Qaeda et Daech ont la capacité de survivre à leur défaite. L’une a perdu son chef et sa chaîne de commandement. L’autre vient de perdre ses capitales irakienne et syrienne, Mossoul et Raqqa, et l’essentiel des immenses ressources qu’il tirait de l’impôt et des puits de pétrole dont il s’était assuré le contrôle mais l’une et l’autre, Daech en tête, conservent un atout singulier qui fait toute leur force de nuisance. 

        Dans un monde où la foi dans l’avenir ne fait plus recette, où l’argent est redevenu roi et où il n’y a plus ni catholicisme, ni gauchisme, ni communisme assez forts et attirants pour canaliser le désir de justice et de transcendance des jeunes générations, le djihadisme est devenu la seule idéologie révolutionnaire encore disponible sur le marché. Il n’est, bien sûr, que sang, délire et cruauté mais pour beaucoup de paumés incultes, sa radicalité a tous les charmes d’une totale rupture avec un statu quo jugé détestable. 

Avec le djihadisme, ce n’est pas tant l’islam qui se radicalise que la radicalité qui s’islamise et c’est ainsi que Daech ou ce qu’il en reste continue et continuera longtemps à trouver des misérables pour croire devenir des héros en allant jeter des camions sur des passants ou égorger deux jeunes filles en gare de Marseille.      

Cela durera autant que dureront, au Sahel, au Proche-Orient ou en Asie du Sud-Ouest les troubles économiques, politiques et sociaux dans lesquels les islamistes jouent leur carte, celle de l’idée que l’islam serait la solution à tous les problèmes censés être tous venus d’Occident. 

Cela durera donc, disons, un quart de siècle et cela durera également le temps, le même, qu’il faudra aux générations des révolutions arabes de 2011 pour arriver aux commandes. Partout sauf en Tunisie, elles sont aujourd’hui muselées et sauvagement réprimées par des dictatures qui ont partout repris la main mais cela ne doit pas faire oublier qu’elles étaient descendues dans les rues, garçons et filles mêlés, en nombre dix fois, cent fois, mille fois plus grand que les islamistes n’ont jamais pu mobiliser afin de demander la liberté, l’état de droit et la démocratie. 

Par la simple loi de la biologie, c’est eux qui seront au pouvoir dans vingt-cinq ans, au moment même où le terrorisme islamiste aura définitivement fait faillite faute d’avoir apporté la moindre solution à quoi que ce soit. Alors, oui, ça va durer, mais pas pour toujours.       

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.