Rien ne paraît plus simple que cette nouvelle crise ivoirienne. D’un côté, un opposant, Alassane Ouattara, qui a remporté, avec plus de 54% des voix, le second tour de la présidentielle de dimanche dernier ; de l’autre, un président sortant, Laurent Gbagbo, qui refuse de reconnaître ce résultat, déclaré invalide par un Conseil constitutionnel que ses partisans contrôlent. La démocratie est violée. L’armée a fermé les frontières. La Côte d’Ivoire danse sur un volcan tandis que les Nations-Unies, organisatrices de ces élections, dénoncent ce coup de force et menacent de prendre des sanctions économiques. La vérité de l’instant est qu’il y a, d’un côté, le droit que défend la communauté internationale et, de l’autre, un perdant que défend l’armée mais, derrière cette vérité, il y en a d’autres, autrement plus complexes et dérangeantes. La première est que très peu des pays sortis après guerre des anciens empires coloniaux ont pu se stabiliser dans la démocratie. Pillés et non pas développés par des puissances coloniales qui ne se souciaient pas, contrairement à leurs proclamations, d’y exercer une « mission civilisatrice », ces pays ont accédé à l’indépendance avec un nombre de cadres restreint, un bas niveau d’éducation et des forces politiques incapables de structurer un échiquier démocratique pour la bonne raison qu’elles avaient été constamment réprimées. Beaucoup des plus brillants enfants des anciennes colonies ont ainsi choisi d’aller faire leur vie ailleurs, poussés à l’exil par l’impéritie de régimes dictatoriaux ou l’autoritarisme de despotes déclarés. Cela choquera mais force est de constater que le post-colonialisme n'aura jamais été aussi séduisant que sous le colonialisme et que l’exigence démocratique qui a fini par s’exprimer dans ces pays et que les Occidentaux appuient depuis la fin de la Guerre froide a rarement débouché sur de vrais résultats. Comme partout, l’aspiration aux libertés est forte dans les pays décolonisés mais, faute de vraies traditions politiques et de partis forts, les processus électoraux y ont plus souvent conduit à des confrontations ethniques qu'à des alternances ordonnées. On redécouvre aujourd’hui que, soucieux de diviser pour régner, les colonisateurs avaient tracé des frontières qui ne respectaient pas celles des peuples et que les Etats qu’ils ont laissés derrière eux restent fragiles car ils sont des patchworks et non pas des Etats nations. C’est de tous ces handicaps que la crise ivoirienne est faite. Depuis la mort, en 1993, du despote éclairé qu’avait été Félix Houphouët-Boigny, elle n’a jamais trouvé de stabilité. Les antagonismes ethniques s’y sont réveillés et les deux hommes arrivés au second tour de dimanche sont marqués par les tourments de l’histoire africaine. Laurent Gbagbo, c’est l’ancien opposant marxisant à Félix Houphouët-Boigny qui a oublié la liberté en arrivant au pouvoir et continue de pourfendre le néo-colonialisme. Alassane Ouattara, c’est le brillantissime exilé, devenu directeur général adjoint du FMI et rêvant d’une Afrique qui, comme l’Asie, enfanterait jeunes dragons et nouvelles puissances. Pour l’heure, sa victoire lui est contestée et peut-être, volée.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.