Contrairement aux commentaires de la grande presse américaine, Donald Trump dispose de nombreux atouts pour 2020. A commencer par sa popularité et par l'incapacité des Démocrates à sortir de l'ombre portée des Clinton.

Face à la multiplication des candidatures démocrates, Donald Trump a-t-il une chance d'être réélu ? La question mérite d'être posée, ne serait-ce que parce que l'on est exactement à 18 mois de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020 et parce que les candidatures démocrates sont si nombreuses que même les Américains s'y perdent.

Logiquement, s'ils y a autant de candidats côté démocrates, c'est parce que les chances de faire battre Donald Trump sont réelles. Et, à lire les grands quotidiens de la côte Est, New York Times et Washington Post en tête, ce président ne mérite pas un 2nd mandat.

Mais justement, pour se faire une idée des chances de Donald Trump, il ne faut surtout pas lire ces quotidiens, qui sont depuis le début, en guerre ouverte avec Donald Trump. Il faut lire les sondages et regarder de près la côte de popularité de ce président.

Et surtout comparer : or du strict point de vue de la popularité, Donald Trump ne fait ni mieux ni moins bien que ces prédécesseurs au même moment de leur présidence. Soyons précis : 45% des Américains approuvent le travail de Donald Trump.

C'est exactement le chiffre de Ronald Reagan à la même période et même un point au dessus de Barack Obama en 2011. Or les deux ont sans problème été réélus pour un second mandat.

Mieux encore, ce mois-ci 56% des Américains approuvent la politique économique de Donald Trump. Jamais il n'avait été aussi haut sur ce point. Or on sait que ce n'est pas la politique étrangère qui fait élire un président mais bien sa politique économique.

Les chances de Donald Trump sont grandes...

D'autant plus grandes que, depuis 1980, quatre des cinq présidents qui étaient candidats  ont été réélu sans problème. Et cette règle est presque plus impressionnante encore lorsqu'on remonte plus loin dans le temps : 8 des 11 présidents candidats ont été réélus.

Reste les candidatures démocrates : sont-elles assez solides pour faire chuter Donald Trump. Eh bien à y regarder de plus près, rien n'est moins sûr. Prenons celui qui a pour le moment la faveur des sondages : Joe Biden.

Passons sur son âge, 76 ans, qui n'est tout de même pas un atout lorsqu'on veut incarner le renouvellement politique. Or précisément, c'est tout le problème. Le parti démocrate est encore incapable de se sortir des années Clinton, qui furent celles de Joe Biden.

Joe Biden a tout du politicien à l'ancienne et surtout, il est attaquable à peu près sur tout les sujets : il a voté contre le mariage gay lorsque celui-ci était encore impopulaire puis il a changé d'avis lorsque les Américains ont aussi changé d'avis.

Voilà un homme qui a voté la guerre en Irak et qui, quelques années après, s'en est excusé. Voilà un homme qui a été de toutes les commissions, de toutes les législatures de ces 30 dernières années. Bref, Joe Biden est un homme du sérail, ni plus ni moins.

Quant aux autres candidats démocrates, ils ont les défaut de leurs qualités : des femmes, une latino, un gay et aussi beaucoup de patriciens. Or ce que les Américains ont rejeté en 2016, c'est précisément cette segmentation de la société américaine.

Il y a peu de chances qu'il se dédisent 4 ans plus tard. Autrement dit, Donald Trump a un boulevard devant lui fait d'un solide socle de popularité et d'un parti démocrate incapable de susciter d'autres candidatures que celle d'un vieux caciques clintonien.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.