Alliance des contraires, cette coalition romaine pourrait pourtant assez durer pour commettre bien des dégâts

Parasol et table pliante, ils faisaient signer une pétition à l’entrée d’un marché turinois. La veille, vendredi, la Ligue, leur parti, avait formé le nouveau gouvernement italien avec ses alliés du Mouvement 5 Etoiles. C’était leur victoire, mais leur table n’attirait pas grand monde et, eux-mêmes, non : ce n’était pas ça.

        Qu’attendez-vous maintenant, leur ai-je demandé ? Quelle est votre priorité ? La première chose à faire ? 

        « Les migrants ! », me répond du tac au tac le plus jeune des trois militants. - Vous allez demander plus de solidarité européenne ? Ca les a fait tous rire, aux éclats. Non, ça ils n’y comptent pas « mais il faut vraiment faire le tri entre les réfugiés politiques et les migrants économiques », explique gravement une grande dame blonde. Elle se lève, me prend à part et me dit, navrée : « Ce gouvernement ne tiendra pas ». 

        Elle appartient à l’aile thatchérienne de la Ligue. Les migrants, oui, évidemment, « en Italie, dit-elle, nous n’avons que des côtes, c’est le problème », mais le plus important c’était de réduire la pression fiscale et là ou bien nous y renonçons, nous, la Ligue, ce qui est exclu, ou bien les 5 Etoiles renoncent à leur revenu citoyen de près de 800€ mensuels, ce qu’ils ne feront pas, et il ne reste donc qu’une alternative : la banqueroute ou l’éclatement de la coalition. 

Cette incrédulité, l’Italie la partage. Il y a bien sûr beaucoup d’enthousiastes dans les meetings de la Ligue et des 5 Etoiles mais la majeure partie des gens, qu’ils le déplorent ou s’en réjouissent, ne croient pas à la pérennité de cette équipe. 

L’Italie est en attente du prochain épisode, mais a-t-elle raison d’être si étrangement calme ? Ou bien tort ?

Elle a raison car cette coalition, cette alliance des contraires, est bel et bien inviable, sur le papier en tout cas, mais M. Trump, que fait-il ? Il baisse les impôts des plus riches, ses semblables, et taxe les importations d’acier européen pour se poser en défenseur des ouvriers américains et se faire réélire. Dans toutes ces nouvelles forces nationalistes qui ont tant, partout, le vent en poupe, il y a ce mélange de Maggie Thatcher et de rejet de partis anciens qui ne parviennent plus à défendre les acquis sociaux de leurs électeurs et à les protéger du monde extérieur. 

Ces nouvelles forces sont totalement contradictoires car le recul de l’impôt, c’est le recul des protections sociales et des biens communs, mais ces forces progressent, face à des droites et des gauches modérées toujours plus essoufflées et, comme M. Trump, elles peuvent détruire en quelques mois des équilibres fondamentaux. Alors, non, pérenne ou pas, cette coalition romaine n’a rien d’anecdotique et pourrait assez durer pour commettre de bien lourds dégâts.    

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.