Cela ne réduira pas le nombre et la bestialité de leurs crimes mais, là, le monde musulman est frappé d’horreur. Après l’immolation par le feu d’un pilote jordanien qu’ils avaient préalablement enfermé dans une cage métallique, les barbares du soit disant État islamique sont dénoncés comme tels, comme de simples monstres déshonorant l’islam, par la presse et les réseaux sociaux du Proche-Orient comme par les plus hautes autorités de la foi dont ils se réclament.

La mosquée Al Azhar du Caire, la plus prestigieuse institution du sunnisme, a exprimé « sa profonde colère » contre l’État islamique qu’elle a qualifié de « satanique » en appelant à la condamnation à mort des assassins du pilote jordanien. Dirigeant de l’Union internationale des savants musulmans, et animateur, sur la chaîne al Jezeera, d’une émission religieuse suivie par quelques 60 millions de fidèles de par le monde, le cheikh Youssef Karadaoui a lui dénoncé un acte criminel et réaffirmé que l'État islamique ne représentait pas l’islam, auquel ses actions étaient contraires et néfastes.

Nombre de dignitaires musulmans ont rappelé, hier, que l’islam interdisait l’immolation par le feu et même les religieux les plus proches des mouvances jihadistes ont exprimé un malaise en estimant que de tels actes « retournaient la société » contre l’État islamique.

L’émotion, l’indignation, la colère se lisent, parallèlement, dans la presse du Proche-Orient et sur ses réseaux sociaux mais le drame est que c’est sciemment que les chefs de file de l’État islamique repoussent sans cesse les limites de l’horreur et font la publicité de leur crime en en diffusant des vidéos. Pour eux, il s’agit de se montrer forts, impitoyables, ne reculant devant rien pour leur cause afin de s’affirmer certains de leur victoire, à la fois contre les traîtres ou les tièdes du sunnisme auquel ils appartiennent, contres les chiites considérés comme des hérétiques, contres les chrétiens, contre les autres minorités religieuses de la région et, un jour, lorsqu’ils auraient assuré leur mainmise sur le Proche-Orient, contre l’Europe et les États-Unis.

Cette barbarie, qui va jusqu’à réduire en esclavage des femmes et des enfants, est tout ce qu’il y a de plus réfléchi et le fait est qu’elle a ses résultats. Les États-Unis viennent d’ainsi confirmer que les Émirats arabes ne participaient plus aux frappes aériennes de la coalition contre l’État islamique depuis que le pilote jordanien avait été fait prisonnier. La peur pour leurs propres pilotes les en a dissuadé mais en défiant la Jordanie et en assassinant publiquement et aussi atrocement un homme qui était un sunnite comme eux, ces illuminés viennent peut-être de se tirer dans le pied.

Les États de la région réalisent maintenant qu'ils seraient les prochains visés si l’État islamique, dont c’est le but proclamé, réussissait à créer un nouvel État sunnite à cheval sur l’Irak et la Syrie. La Jordanie souhaite désormais s’engager beaucoup plus encore dans la coalition et son armée est puissante. L’immolation de ce pilote a comme réveillé les États et les opinions publiques de la région. Quelque chose, espérons-le, vient peut-être de changer.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.