Peut-être les sondeurs se trompent-ils. Peut-être que le président turc, Recep Tayyit Erdogan, remportera, dimanche soir, cette majorité parlementaire des deux tiers qui lui permettrait de se doter de grands pouvoirs en dotant son pays d’un système présidentiel. Peut-être aura-t-il fait élire, au moins, assez de députés de son parti, l’AKP, pour pouvoir tenter sa chance par référendum mais, pour l’heure, non, ce n’est pas ce qui s’annonce.

Non seulement les sondages ne l’assurent pas même d’une majorité simple mais cet homme et son parti sont désormais loin de susciter l’adhésion populaire dont ils bénéficiaient depuis qu’ils s’étaient fait élire en 2002 et constamment réélire lors des scrutins suivants. Il y eut un âge d’or d’Erdogan et de l’AKP, celui dans lequel un taux de croissance à la chinoise faisait pousser de nouvelles infrastructures aux quatre coins du pays, réduisait le chômage et propulsait la Turquie parmi les vingt premières économies du monde.

C’était l’époque où ce parti islamiste que fut l’AKP fascinait le monde par la réalité et le succès de sa conversion à la démocratie et au respect de la laïcité. Devenus « islamo-conservateurs », ces anciens islamistes faisaient alors des émules dans tout le monde arabe et, notamment, en Tunisie mais ces temps sont maintenant révolus.

Le taux de croissance turc est retombé sous les 3%. Le taux de chômage est à 11%. Cela nourrit un mécontentement et l’autoritarisme mégalomane dont est atteint Recep Tayyip Erdogan après douze années à la tête du gouvernement et dix mois à celle de l’Etat inquiète beaucoup d’électeurs. Non seulement les laïcs se défient plus que jamais de lui mais les nouvelles classes moyennes issues du boom économique abhorrent son traditionalisme tandis que des pans entiers de son propre parti souhaitent maintenant former une droite moderniste et libérale, à l’image des autres droites européennes.

C’est ainsi que la presse et les sondeurs turcs voient cet homme en mauvaise position mais que se passerait-il si leurs pronostics s’avéraient ?

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.