D'abord, le porc est intimement lié à la culture chinoise. En mandarin, les mots porc et viande sont les mêmes, le signe chinois pour écrire le mot « famille » représente un porc..

Anthony Bellanger. Vous vous intéressez au prix du porc en Chine...

Qui est à la hausse ! En 6 semaines, le kilo de porc chinois a pris plus de 50%. Je vois votre regard effaré, Marc, je ne suis pas devenu fou : le prix du porc en Chine, c'est une affaire d'Etat.

D'abord, le porc est intimement lié à la culture chinoise. En mandarin, les mots porc et viande sont les mêmes, le signe chinois pour écrire le mot « famille » représente un porc sous un toit. Il y a des poèmes dédiés au cochon.

C'est simple : non seulement les Chinois sont les 1ers consommateurs au monde de viande de porc mais en plus, ils en consomment 2 fois plus que nous. En clair, le prix du porc est en Chine est la mesure de toutes choses.

En fait, c'est une sorte d'indicateur populaire de la vie chère...

Et c'est pour cette raison que le prix du porc est surveillé de très près par le gouvernement chinois. Or la hausse est si forte depuis quelques semaines que Pékin a décidé de distribuer 3 000T de ses réserves stratégiques de porc.

Vous avez bien entendu : Pékin a des réserves stratégiques de viande de porc, mais aussi de riz, de blé et d'huile. C'est là que la grande histoire rencontre la petite : depuis l'antiquité, les empereurs de Chine ont constitué des stocks de nourriture.

Ses silos remplis de riz et d'huile, répartis dans tout l'Empire du milieu. En cas de disette, ces stocks étaient distribués pour éviter les famines et les troubles qui vont avec. Eh bien au XXIe siècle, l'Etat communiste chinois fait la même chose.

Mais est-ce que c'est efficace pour faire baisser les prix ?

Marginalement. La consommation de porc en Chine est tellement énorme que ces 3 000T ne changeront pas grand-chose. Mais l’effet est surtout psychologique. Les autorités espèrent faire baisser la tension sociale.

Or il se trouve que le nombre de grèves et de conflits sociaux est en hausse constante en Chine : il a doublé en 2014 par rapport à 2013 et triplé par rapport à 2012. On comprend mieux, du coup, l’hypersensibilité de l'Etat chinois.

Au fond, c’est comme le prix de la baguette en France…

Exactement : en Inde, c'est le prix de l'oignon qui est surveillé au jour le jour par le gouvernement indien.

Il y a un an, alors que le kilo d'oignons était au plus haut, Dellhi a importé en urgence des milliers de tonnes d'oignons d'Egypte pour immédiatement les mettre sur les marchés de tout le pays. On était parfois à deux doigts de l'émeute.

Aujourd'hui, c'est l'inverse. Jamais le prix du kg d'oignons n'a été aussi bas en Inde : 15 à 20 roupies le kg. Au point même de menacer de ruine les paysans du Maharashtra. Le malheur des uns, c'est bien connu, fait le bonheur des autres.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.