L'Iran a donc riposté mercredi à l'élimination du général Soleimani en lançant une vingtaine de missiles sur des bases américaines en Irak. Téhéran ne pouvait pas laisser la mort de son commandant sans riposte. L'escalade va-t-elle se poursuivre, bien que les deux parties se disent opposées à une guerre totale ?

Le Guide iranien, l'Ayatollah Khamenei, prend la parole mercredi matin à Téhéran après les tirs de missiles contre les Américains en Irak.
Le Guide iranien, l'Ayatollah Khamenei, prend la parole mercredi matin à Téhéran après les tirs de missiles contre les Américains en Irak. © AFP / Crédit Iranian Supreme Leader Press Off / ANADOLU AGENCY

En langage moderne, la Loi du Talion s’appelle une « riposte proportionnée »… C’est la formule employée par le leader iranien, Ali Khamenei, après la mort du général Qassem Soleimani par une frappe de drone américain à Bagdad. 

Mais c’est bien de la Loi antique du Talion, « œil pour œil, dent pour dent », qui est à l’œuvre dans ce conflit prévisible, prévu, annoncé. Qui pouvait douter que l’Iran riposterait, d’une manière ou d’une autre, à la mort de son plus célèbre militaire, qui a fait descendre les Iraniens par millions dans les rues ? 

Vilipendé à l’extérieur de l’Iran en raison de la trainée de sang qui l’accompagnait, Soleimani avait aussi une part d’héroïsme, de la guerre Iran-Irak des années 80 au combat anti-Daech des dernières années, qui en faisait l’objet d’un culte. Sa mort ne pouvait pas rester sans réponse.

La Loi du Talion trouve paradoxalement ses origines dans cette région, dans la Babylone antique, dans le « Code de Hammurabi » de 1730 avant notre ère, dont l’original se trouve au Louvre et une copie dans un musée de Téhéran. Il introduit la réciprocité dans le crime, c’est ce que nous voyons à l’oeuvre.

Cette riposte iranienne était donc prévisible. Le régime iranien ne pouvait pas se permettre, politiquement, émotionnellement, de laisser un acte aussi provocateur que l’élimination de son principal commandant, sans réponse. Il en allait de son prestige, de son autorité, dans son pays comme auprès de ses « clients » dans la région.

La seule question était celle de la forme que prendrait cette riposte que le Guide Khamenei avait donc demandée « proportionnée » et visant des cibles militaires, pas civiles.

La vraie surprise vient finalement du fait que cette riposte est venue vite, à peine cinq jours après la mort du général, et elle a pris une forme frontale là où on spéculait sur d’autres hypothèses, cyberattaques, attentats ailleurs qu’au Moyen Orient. Malgré ses moyens inférieurs à la force de frappe amércaine, l’Iran prend donc le risque, à son tour, de l’escalade, comme s’il continuait à croire que Donald Trump bluffe et n’ira pas jusqu’à la guerre totale.

L’escalade risque donc de continuer… Elle est inscrite dans la psychologie des deux parties. On le dit depuis le début de cette crise, les deux parties ne veulent pas nécessairement de la guerre, n’ont pas forcément intérêt à la guerre, et pourtant elles en prennent le risque depuis le début.

Qu’il s’agisse de la stratégie américaine de « pression maximale » sur l’Iran depuis la sortie de l’accord nucléaire par les États-Unis, qui n’a pas réussi à faire plier Téhéran ; à la stratégie iranienne cette fois d’escalade mesurée mais bien réelle avec les attaques de tankers, du pétrole saoudien ou dernièrement d’une base américaine en Irak, qui prenait le risque de voir l’Amérique entrer en action.

Donald Trump ne peut pas, à son tour, se permettre de ne pas riposter, il l’a déjà annoncé sur Twitter, c’est dans sa nature, c’est inscrit aussi dans le contexte électoral américain. L’homme qui voulait mettre un terme aux « guerres sans fin » de l’Amérique s’est lui-même mis en position d’en déclencher une autre avec sa décision fatidique d’éliminer Soleimani. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.