On assiste à une guerre des communiqués belliqueux entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, un jour très particulier...

A Séoul, en Corée du Sud, un homme regarde à la télévision Donald Trump promettre à Pyongyang "le feu et la colère"
A Séoul, en Corée du Sud, un homme regarde à la télévision Donald Trump promettre à Pyongyang "le feu et la colère" © AFP / JUNG YEON-JE

Le 9 août 1945, il y a 72 ans jour pour jour, les Etats-Unis lâchaient une bombe atomique au-dessus de Nagasaki : de 40 à 80 000 victimes. Or, c'est pile ce jour-là que l'on reparle, dans cette même région du monde, de guerre nucléaire.

Personne ne peut croire à un hasard, tant les pays de la région, Japon et Chine en tête, on la référence à la 2nde guerre mondiale et aux bombes d'Hiroshima et de Nagasaki, chevillée à la mémoire. En Asie, manier le symbole est un acte diplomatique en soi.

La question est donc : une nouvelle guerre de Corée est-elle possible ? C'est vrai qu'à entendre les déclarations de Donald Trump qui promet à Pyongyang « le feu et la colère », répondant aux menaces de la Corée du Nord, on peut légitimement s'inquiéter.

Si l'on ajoute à cela un rapport américain que s'est procuré le Washington Post et qui explique que la Corée du Nord disposerait d'une soixantaine de bombes nucléaires et serait déjà parvenu à les miniaturiser pour les placer au bout de missiles, on tremble.

Personne n'a intérêt à la guerre dans cette région

C'est effectivement ce que tous les spécialistes expliquent depuis longtemps. La Corée du Nord n'a aucun intérêt à déclencher une guerre nucléaire, ou une guerre tout court, ni avec son voisin sud-coréen, ni leur allié américain.

Tout simplement parce que c'est une guerre qu'elle ne peut en aucune façon remporter : son but en poursuivant coûte que coûte son programme nucléaire est de sauver le régime et posséder la bombe est vu à Pyongyang comme une sorte d'assurance-vie.

Le Pakistan a la bombe : personne ne pense à renverser les militaires pakistanais ; Saddam Hussein et Kadhafi n'avaient pas la bombe, ils ont fini pendu pour l'un, lynché pour l'autre. Pour Pyongyang, la démonstration est donc faite.

On voit bien les intentions nord-coréennes mais comment arrêter ce qui ressemble tout de même à une escalade...

En fait, il n'y a qu'une solution : s'entendre avec la Chine, négocier avec la Chine, proposer à la Chine un « deal » à la Trump qu'elle ne saurait refuser.

La Chine a discrètement mais résolument montré qu'elle était, en plus, prête à négocier, là, tout de suite. C'est ça que Pékin a voulu dire en votant, avec les Etats-Unis, de nouvelles sanctions à l'ONU.

Qu'offrir à la Chine ? L'alliance avec le Japon est intouchable, Pékin le sait. En revanche, obtenir des Etats-Unis un retrait plus ou moins partiel de Corée du Sud, serait probablement suffisant pour Pékin pour commencer à lâcher Pyongyang.

Les Nord-Coréens ne peuvent pas accepter cela. Et c'est pour cette raison qu'ils multiplient les provocations, les essais, les menaces : ils ne veulent surtout pas servir de monnaie d'échange, à savoir la Chine et les Etats-Unis.

Donc à la question : une guerre est-elle possible ? La réponse est plutôt non. Par contre, les Nord-Coréens acculés peuvent aller très loin dans la provocation : ils peuvent tirer sur des navires ou des villages sud-coréens. Ils l'ont déjà fait. Plusieurs fois.

Il va donc falloir faire preuve de sang-froid et donc négocier avec la Chine. Le problème, c’est que le sang-froid n'est pas la qualité principale de Donald Trump.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.