Oui j'ai cru en l'indépendance de la justice brésilienne et j'ai eu tort. Le "petit juge" Sergio Moro, aujourd'hui ministre de la Justice de Jair Bolsonaro, avait bien un agenda politique en faisant condamner et incarcérer l'ancien président Lula.

Devant la Cour Suprême brésilienne, les supporters de l'ancien président Lula réclament sa libération ce 7 août 2109
Devant la Cour Suprême brésilienne, les supporters de l'ancien président Lula réclament sa libération ce 7 août 2109 © AFP / FRANKLIN DE FREITAS

La situation de l'ancien président brésilien Lula da Silva tient plus de la telenovela brésilienne classique, avec rebondissements improbables et suspense inutile, que de la chronique judiciaire ! Tenez, pas plus tard qu'hier, un juge décide de le changer de prison.

Jusqu'à présent, Lula accomplissait sa peine de 8 ans, 10 mois et 20 jours dans une cellule provisoire spécialement aménagée pour lui à Curitiba. Un provisoire qui a donc bien trop duré, selon ce juge : direction la prison fédérale de Tremembé à Sao Paulo.

Il ne s'agit pas de mettre l'ancien président au pain sec et à l'eau ou dans une de ces prisons fédérales brésiliennes coutumières des gangs et des émeutes sanglantes, comme encore récemment. Tremembé 2 est une prison pour col blancs et politiques convaincus de corruption.

Sauf qu'il s'agit de Lula : aussitôt ses avocats ont fait appel auprès du Tribunal Suprême qui a suspendu la décision. Lula ne sera pas transféré pour le moment. Le temps, pour le tribunal, de statuer sur deux demandes de libération anticipée. Retour à Curitiba.

Un acharnement judiciaire...

C'est d'ailleurs pour moi l'occasion de faire une sorte de mea culpa : J'ai cru dans l'indépendance de la justice brésilienne, j'ai fait partie de ceux qui ont été favorablement impressionnés par les manifestations de rues contre la classe poltique Lula.

D'immenses manifestations qui ont accompagné un des sagas judiciaires les plus remarquables de l'histoire du Brésil : le fameux scandale « Lava Jato », un scandale de corruption qui a affecté l'ensemble de la classe politique jusqu'au plus haut niveau.

On s'est rendu compte à cette occasion que le Parti des travailleurs de Lula, ce parti de gauche si important dans l'histoire politique du Brésil, s'était vautré comme n'importe quelle autre parti brésilien traditionnel dans les rétro-commissions et les port-de-vins.

Or, ce procès avait un héros impeccable, le juge Sergio Moro qui, à lui seul, a réussi à faire condamner 159 politiques et entrepreneurs et, bien sûr, Luiz Inacio da Silva, dit Lula, l'ancien ouvrier et deux fois président du Brésil, pour corruption et blanchiment.

Sergio Moro, ministre de Jair Bolsonaro...

C'est vrai que passer de juge anti-corruption, a priori respecté pour son indépendance, à ministre de la Justice d'un président d'extrême-droite, il a de quoi se poser des questions. Ou en tout cas ; ébranler ma conviction d'un procès équitable de Lula.

Mais après tout, un juge a bien le droit d'avoir des opinions politiques, même si je ne les partage pas. Non, ce qui a définitivement emporté ma conviction qu'il y avait bien une volonté d'écarter politiquement Lula, ce sont des écoutes publiées en juin dernier.

Des transcriptions de conversations entre, d'une part, le juge Moro et d'autre part, les procureurs, donc l'accusation. Secrètement, ils ont tranquillement échangé des infos, orienté l'accusation, arrangé des conférences de presse de manière à accabler Lula.

Pourquoi un tel acharnement ? Pour empêcher Lula de se présenter à la présidentielle de 2018, qu'il aurait vraisemblablement remporté. Car Lula, malgré le procès, malgré la prison, malgré la corruption véritable de son parti, le PT, reste immensément populaire.

C'est simple : lorsqu'on pose la question aux Brésiliens de savoir qui a été le meilleur président du pays, ils ont 57% à répondre Lula. Loin devant tous les autres. Ils faut donc tout faire pour lui nuire, y compris au prix d'un déni évident de justice.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.