Il y a, bien sûr, les dossiers diplomatiques les plus chauds. Barack Obama veut rappeler les troupes d’Irak au plus vite tandis que John McCain envisage de les y laisser le temps qu’il faudra pour que ce pays se stabilise. Même s’il tend à durcir le ton, le premier veut tenter un dialogue avec l’Iran alors que le second estime qu’il vaudrait mieux bombarder les installations nucléaires iraniennes que de voir la République islamique accéder à la bombe. En politique étrangère, les approches des candidats à la succession de Georges Bush sont totalement opposées. C’est ce qu’on voit le plus de l’étranger mais ce ne sont ni ces dossiers-là ni la couleur de Barack Obama qui feront la présidentielle de novembre. Ce sera inévitablement l’économie, terrain sur lequel Barack Obama a attaqué, dès hier, son concurrent car elle est devenue, sous le républicain sortant, le premier sujet d’inquiétude des Américains. Les banques sont fragilisées. Les déficits budgétaires et commerciaux ont atteint des sommets. Le dollar a si bien dégringolé que l’envolée des cours pétroliers se fait sentir, à la pompe, avec une tout autre dureté qu’en Europe. La crise immobilière a privé d’innombrables familles de leur toit. L’Amérique n’est pas en faillite mais tous ses voyants sont allumés et Obama se présente donc en candidat de rupture non pas seulement avec Georges Bush mais avec, dit-il, « une philosophie épuisée et fausse qui a dominé Washington depuis bien trop longtemps ». Cette philosophie dont Barack Obama accuse John McCain d’être le continuateur en pire, c’est évidemment celle qu’on appelle « libéralisme » en Europe, plus justement « néo-libéralisme » aux Etats-Unis, celle qui avait triomphé, à la fin des années 70, avec les élections de Margaret Thatcher et Ronald Reagan – celle qui dit que « l’Etat n’est pas la solution mais le problème », que l’impôt tue l’impôt en freinant la croissance et qu’il faut libérer le marché des réglementations qui l’étouffent. Contre le candidat républicain qui propose de ne pas toucher aux baisses d’impôts instaurées par Georges Bush et de baisser encore le taux d’imposition des sociétés en le faisant passer de 35% à 25%, Barack Obama propose, lui, de renouer avec la redistribution des richesses par l’impôt, credo oublié, voire répudié, des gauches occidentales. Il veut plus lourdement imposer les Américains gagnant 250 000 $ par an ou plus, réduire de 1000 $ par an l’impôt des classes moyennes et augmenter la taxation des plus values boursières pour les hauts revenus tout en exonérant les petits actionnaires, nombreux aux Etats-Unis. En un mot, il vaut augmenter la pression fiscale sur les plus aisés tout en la baissant sur les moins riches et, parallèlement, il entend aussi « augmenter l’investissement national dans l’éducation, les sciences et la recherche » afin de répondre aux défis d’une mondialisation sur laquelle, dit-il, on ne reviendra pas. Gauche contre droite, cette campagne fait resurgir un clivage politique comme on n’en avait pas vu depuis quelques quarante ans en Occident.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.