Un Premier ministre jeune et droit dans ses bottes, un gouvernement qui engage sa responsabilité sur une loi qui suscite des oppositions jusque dans son camp, c'est à dire à gauche

Par Anthony Bellanger.

Direction Rome pour une séance historique au parlement italien...

Un Premier ministre jeune et droit dans ses bottes, un gouvernement qui engage sa responsabilité sur une loi qui suscite des oppositions jusque dans son camp, c'est à dire à gauche... L'actu a parfois le don des clins d'œil ou de l'ironie, si vous voulez.

Parce que le jeune premier ministre en question n'est pas Manuel Valls mais Matteo Renzi et que la responsabilité de son gouvernement, il l'engage sur l'Union civile, c'est-à-dire un Pacs à l'italienne qui permettra aux homosexuels de s'unir.

Mais qu'on ne s'y trompe pas : les débats à Rome ont été aussi houleux qu'à Paris pour la loi El Khomri. Là-bas aussi, il y a eu des milliers de manifestants, la loi a bien failli ne jamais être votée par le Sénat et il a fallu lâcher du lest, notamment sur l'adoption.

Mais aujourd'hui ou demain, ça c'est l'Italie, les gays de la Péninsule rejoindront donc le gros des pays d'Europe de l'Ouest qui soit ont le mariage égalitaire, soit offrent la possibilité de signer des contrats qui ressemblent diablement au mariage.

Et d'ailleurs, où en est-on en Europe sur les droits des gays et lesbiennes ?

Justement une association gay, ILGA Europe, a publié hier son classement européen des pays où il fait bon être homosexuel. Bonnets d'âne : tous d'anciens sujets de l'Union soviétique : Russie, Arménie, Azerbaïdjan. Des pays où l'homosexualité n'est pas forcément interdite mais où être ouvertement gay, ou militer pour les droits des gays vous conduit à l'hôpital ou à l'exil.

Les bons élèves ne sont, pour une fois, pas scandinaves. En tête du classement, on trouve la Grande-Bretagne et, avant la France, l'Espagne et le Portugal. A cause de l'ancienneté du mariage gay, adopté en 2005 en Espagne, par exemple.

Mais le paradis européen pour les gays, ce serait la Belgique, figurez-vous. Et là, pour comprendre, il a fallu que je demande à notre Belge préférée, Charline Vanhoenacker, la raison de cette excellence. Réponse : les bébés Thalys.

Les bébés Thalys ?

En fait, en plus d'être un des premiers pays d'Europe à avoir marié des couples homosexuels, c'était en 2003, la Belgique a une des lois les plus libérales d'Europe pour les fécondations in vitro et les mères porteuses.

En clair, toute l'Europe gay prend le Thalys, le TGV Paris-Bruxelles, pour concevoir ses enfants en Belgique. Ceux qui s’aiment prennent le train belge, d'où la pole position du royaume. Mais prenons un peu de hauteur pour terminer : le mariage gay est-il un marqueur de civilisation occidentale ?

Clairement oui, mais ça commence à déborder. Sur les 21 pays qui ont le mariage gay, l'immense majorité se situe en Europe et en Amérique du Nord, dont depuis peu les Etats-Unis. Mais, par exemple, le dernier pays à l'avoir adopté est la Colombie.

L'Amérique latine qui, petit-à-petit, pays après pays, légalise les unions homosexuelles. Il y aussi un pays africain qui l'a inclus dans sa législation : l'Afrique du Sud et depuis plus longtemps que la France.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.