Où l'aggiornamento européen du Front national surprend par sa soudaineté, sa radicalité... et son obscurité

Il n’y a pas de honte à changer d’avis. Lorsque Mme Le Pen déclare ce matin dans Valeurs actuelles qu’on « peut améliorer la vie quotidienne des Français sans quitter l’Europe ni l’euro » et qu’elle fait ainsi un pas de plus vers cet aggiornamento qui la fera bientôt rompre avec son credo d’hier et ne plus faire d’une sortie de l’Union une priorité vitale pour la France, il n’y a donc pas motif à ironiser.

Elle comprend aujourd’hui des choses qu’elle n’avait pas comprises jusque-là et c’est tant mieux, mieux vaut tard que jamais, mais il serait pourtant infiniment plus sain que la dirigeante du Front national explique à ses électeurs, à tous les Français, aux Brexiters qu’elle avait tant encouragés en Grande-Bretagne, aux partisans de Donald Trump qu’elle avait tant applaudis aux Etats-Unis et à tous les Européens europhobes dont elle s’était fait le porte-drapeau en quoi, sur quoi et pourquoi elle estime aujourd’hui s’être trompée et devoir maintenant dire le contraire de ce qu’elle disait hier.

Car enfin, il n’est pas loin le temps où elle pourfendait les « européistes », pour reprendre ce mot qu’elle aimait tant, comme des benêts ou des traîtres à la nation, expliquait qu’on ne pouvait rien changer au fonctionnement et aux politiques dévastatrices de l’Union européenne et que la seule solution était donc de sortir, au plus vite, de cette « prison des peuples » et d’en revenir aux souverainetés et aux frontières d’antan.

Elle le disait encore au printemps dernier, durant la campagne présidentielle et puis…

Eh bien, non, ce n’est plus ça. La sortie de l’Union européenne n’est plus une priorité vitale mais, Mme Le Pen, pourquoi ?

Dîtes-le ! Faites profiter la France et toute l’Europe, vos électeurs et tous les Européens, des raisons qui ne vous font plus voir en l’Union un mal absolu car on ne peut pas imaginer que vous n’ayez décidé de changer de pied que parce que les électeurs ne vous suivaient pas.

Un parti comme le vôtre, un parti qui, lui, ne ment pas et pourfend la permanente tromperie des élites corrompues, mondialisées et, disons-le, européistes, ne peut pas avoir eu un discours sur une chose aussi essentielle pour la seule raison qu’il pensait, que vous pensiez, madame, que cela lui rapporterait des voix et en changer maintenant pour la seule raison qu’il s’avère que ce n’est pas le cas, bien au contraire.

Hier et aujourd’hui, ce ne serait que pure et simple démagogie et l’on ne peut pas, pas une seconde, vous en soupçonner. Alors mettez les choses au clair, Mme Le Pen, et dîtes, nettement, fortement, sans honte car il n’y aurait vraiment pas de quoi, que les Européens ont besoin de leur unité et que c’est désormais votre bataille car, autrement, votre bataille, c’est quoi ?

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.