Ce matin, on part pour l'Inde qui commémorait hier le 69e anniversaire de son indépendance...

Le premier Ministre Narendra Modi pour la célébration de l'Indépendance indienne, devant le Fort Rouge de New Delhi
Le premier Ministre Narendra Modi pour la célébration de l'Indépendance indienne, devant le Fort Rouge de New Delhi © Getty / Arvind Yadav/ Hindustan Times via Getty Images

Et comme chaque année, le 1er ministre indien, en l'occurence le nationaliste hindou Narendra Modi, prononce un discours très attendu sur, on va dire, l'Etat de l'Union indienne. Or cette année, il s'est vanté d'avoir en 3 ans construit 20M de toilettes.

Vous avez bien entendu : des toilettes, des WC, et pas quelques centaines de milliers mais bien 20M. Vu d'ici, ca paraît incongru, pour un 1er ministre, de parler de lieux d'aisance dans un discours à la nation et pourtant, c'est extrêmement important.

L'Inde, c'est après la Chine, le pays le plus peuplé de la planète et près de 70% de la population rurale défèque dans la nature, au petit bonheur la chance. C'est aussi le cas pour un citadin indien sur 5. En tout, 600M d'Indiens s'égaillent ainsi dans la nature.

Or ça pose un vrai problème de santé publique dans un pays qui est extrêmement dense : on pense qu'une bonne partie des 48M d'enfants indiens qui souffrent de retards de croissance doivent ce handicap à des problèmes sanitaires liés à une mauvaise hygiène.

Pourtant, on dit partout que l'Inde, c'est la prochaine superpuissance mondiale...

Et on n'a pas tort ! En 22 ans, la taille de l'économie indienne a été multipliée par 10 et ces dix dernières années, par 2. Elle est aujourd'hui la 7e puissance économique mondiale, devant l'Italie et le Brésil et juste derrière la France.

Mais avec 8% de croissance annuelle, inutile de préciser que l'Inde aura tôt fait de nous dépasser. Les leaders du monde développé ne s'y trompent pas : ils s'y précipitent tous, pour vendre leur bric-à-brac et ne cessent de glisser des mots doux à l'oreille de Modi.

Avec quelques bonnes raisons tout de même : l'Inde a tenu ses premières élections libres en 1952, alors que tout le monde pensait que faire voter des miséreux analphabètes était un non sens.

Depuis, l'Inde a organisé 16 élections générales et fait voter dans le calme et sans jamais avoir connu de coups d'Etat militaires, par exemple, plus de 800M d'Indiennes et d'Indiens avec, pour la dernière élection, un taux de participation de 66%.

Le contraste est donc très violent avec son voisin pakistanais !

L'ennemi de toujours ! Qui d'ailleurs fête le jour de son indépendance 24h avant l'Inde, le 14 août ! Effectivement, le contraste est saisissant : en Inde, on ne parle que de développement, de construction de toilettes donc, de croissance et d'emplois qualifiés.

Le Pakistan, lui, n'est qu'un régime civil de façade, façon égyptienne, algérienne ou cubaine : ce sont les militaires et les services secrets, le tristement célèbre ISI, qui tiennent le pays. Et le tiennent-ils d'ailleurs vraiment ?

Depuis des années, les Pakistanais se sont presque habitués à l'horreur terroriste : des centaines de morts par an, des dizaines d'attentats. Pas plus tard que le 8 août dernier, un kamikaze s'est fait exploser près d'un hôpital : au moins 74 victimes.

Inutile de préciser que dans cette orgie de violence, la croissance, le développement est passé au second plan. C'est si vrai, qu'alors que le Pakistan a toujours été plus riche que l'Inde, en terme de richesse par habitant, il est distancé depuis 2008, irrémédiablement.

Le Pakistan est même devenu une sorte de paria international, dont on se méfie et que la Chine, voire les Etats-Unis, tentent de contrôler plutôt que s'allier d'égal à égal. Alors qu'en regard l'Inde démocratique, stable et impériale est, elle, courtisée par tous.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.