Rashida Tlaib et Ilhan Omar sont deux députées américaines, membre de la "squad" d'élues très marquées à gauche et bêtes noires de Donal Trump. Israël leur a interdit l'entrée sur son territoire. Scandale et gêne aux Etats-Unis.

 Ilhan Omar, D-Minn., Alexandria Ocasio-Cortez, et Rashida Tlaib en juillet 2019
Ilhan Omar, D-Minn., Alexandria Ocasio-Cortez, et Rashida Tlaib en juillet 2019 © Getty / Tom Williams/CQ Roll Call

Israël a donc refusé leur visa d'entrée à deux élues musulmanes américaines. Il s'agit de Rashida Tlaib et d'Ilhan Omar, deux élues démocrates à la Chambre des représentants qui avaient l'intention de visiter les villes palestiniennes de Ramallah, Hebron et Bethlehem ainsi que Jérusalem où elles comptaient passer quelques jours.

Il se trouve qu'en plus, l'une d'elles, Rashida Tlaib, est palestinienne d'origine : ses parents ayant émigré aux Etats-Unis depuis la Cisjordanie. Pour justifier son refus de laisser les deux députées entrer sur son territoire, Israël a invoqué une loi récente.

Une loi qui permet aux autorités israéliennes d'interdire le séjour en Israël d'étrangers soutenant le mouvement BDS, pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions. Un mouvement international qui appelle au boycott des entreprises, universités, produits israéliens.

Ces deux députées américaines soutiennent le boycott. Mais, ce n'est pas le fond du problème. Le pêché originel, de ces deux élues, selon Donald Trump bien sûr, est d'appartenir à la « squad », à la « bande des quatre » en bon français : quatre députées démocrates fraichement élues et très marquées à gauche.

En plus de nos deux héroïnes du jour, on y trouve la députée de New York et nouvelle star de la politique américaine Alexandria Ocasio Cortez, ainsi qu'Ayanna Pressley, élue du Massachusetts. Or Donald Trump en a fait ses meilleures ennemies, ses têtes de Turcs :

C'est à elles qu'il avait conseillé de « retourner dans les pays ruinés d'où elles venaient ». Un tweet clairement raciste. Donald Trump donc eu beau jeu de twitter pour approuver la décision israélienne en rappelant que les deux élus « haïssaient les Juifs et Israël ».

Racisme de droite contre antisémitisme de gauche

Sans oublier qu'on est en campagne électorale ! Or en approuvant la décision israélienne, Donald Trump fait clairement un clin d'oeil à sa base évangélique très philosémite comme il en avait fait un autre en déplaçant l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

Côté israélien aussi, on est en campagne électorale : Benjamin Netanyahu n'étant pas parvenu à former une coalition suite aux élections d'avril, les Israéliens devront revoter en septembre. Or Netanyahu pense que c'est à droite qu'il remportera ces législatives.

Donc, s'en prendre à des élues – mêmes étasuniennes – marquées à gauche et soutenant le mouvement de boycott d'Israël est un signe très marqué à droite qui fait beaucoup parler de lui et à peu de frais en plus. Pour lui, c'est tout bénéfice !

Sauf que c'est un calcul à court terme : les démocrates reviendront au pouvoir. C'est exactement ce qu'ont souligné d'anciens diplomates israéliens, mais aussi l'AIPAC, l'association qui représente les intérêts des Juifs américains, qui dans un communiqué explique « que tout membre du Congrès des Etats-Unis devrait pouvoir visiter Israël ».

Mais il n'est pas évident que les élus démocrates soient si choqués par la décision d'Israël d'interdire l'entrée à deux des leurs : le mois dernier, la Chambre des représentants, dominée par les Démocrates, a voté une résolution condamnant le boycott d'Israël.

Depuis 2016, ils s'appliquent à effacer les références à « l'occupation » de la Cisjordanie de toute résolution sur Israël. En fait, les accusations d'antisémitisme proférées par les Républicains finissent par porter et incitent les Démocrates à redoubler de prudence.

Donald Trump ne fait – à sa façon caricaturale – qu'appuyer là où ça fait mal, histoire de paralyser le marais des élus démocrates, très cauteleux dès qu'il s'agit d'Israël, de la bande de Gaza ou de la Cisjordanie occupée.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.