C’est un choc, bien sûr, mais une surprise, certainement pas. Il était clair que ce qui s’était produit à Paris se reproduirait ailleurs et il est, malheureusement, tout aussi clair que ce qui se vient de se reproduire à Copenhague se reproduira tôt ou tard dans d’autres capitales ou villes d’Europe.

Les cibles étaient les mêmes, d’abord des caricaturistes, puis des Juifs. Les auteurs de ces attentats avaient le même profil, celui de petits délinquants issus de l’immigration musulmane, de jeunes gens qui faute d’avoir su surmonter les obstacles auxquels toutes les immigrations se sont toujours heurtées sous toute les latitudes, se sont cherché et trouvé une cause leur permettant de transformer leur échec en révolte. Ce que les uns ont fait, un autre l’a copié et d’autres le referont et la question est ainsi de savoir comment limiter cette menace puisque l’éliminer du jour au lendemain, on ne peut pas.

Il y a, d’abord, deux grandes erreurs à ne pas commettre. La première serait de faire de ces paumés devenus assassins des combattants aguerris mus par de profondes convictions, l’avant-garde organisée d’une grande bataille qui attendrait inéluctablement l’Europe. Outre que ce serait leur faire beaucoup d’honneur, ce serait en faire des héros susceptibles de faire encore plus d’émules. Non, il ne faut pas laisser la peur qu’ils suscitent les grandir et dire au contraire ce qu’ils sont, de minables ratés qui se sont découvert une raison d’être sur internet et n’inspireraient que de la pitié si leurs crimes n’étaient pas aussi grands.

La seconde erreur à éviter serait de confondre ces tueurs fous avec l’ensemble des musulmans d’Europe. Cette erreur, les sociétés européennes ont l’intelligence de la rejeter mais il faut pourtant savoir et marteler, avant que ces attentats ne finissent par aveugler trop de gens, que ces criminels ne sont que quelques individus, que même ceux qui partent combattre au Proche-Orient ne constituent qu’une portion moins que microscopique des Européens de confession ou d’origine musulmane et que le plus grand rêve, surtout, des organisations terroristes serait d’arriver à déstabiliser les pays d’Europe en y créant un antagonisme entre les musulmans et les autres.

Pour le reste, c’est affaire de bon sens, de nerfs et de police, de moyens accrus pour la surveillance et le renseignement, de vraie coordination européenne entre tous les services concernés et de réorganisation des prisons pour qu’on n’y mette plus de jeunes braqueurs malléables en contact avec des théoriciens du jihad.

Cela ne suffira pas ? Non. Hélas non car il faudra du temps pour passer cette vague qui demande, avant tout, de beaucoup plus vigoureusement dénoncer l’ampleur des crimes commis par les jihadistes contre d’autres musulmans à travers tout le Proche-Orient. Les ennemis de l’islam, les seuls, les vrais, ce sont les jihadistes, ceux de l’Etat islamique aujourd’hui, qui tuent, massacrent, pillent et violent un incommensurable nombre de musulmans. Défendre l’islam, ce n’est pas assassiner des caricaturistes et des Juifs. C’est s’attaquer à ces gens-là et il est plus que temps de le dire haut, fort et quotidiennement.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.