Aujourd'hui, les hypothèses sont nombreuses sur l'attentat de Bangkok, hier , mais une chose est certaine : c'est le tourisme qui était visé...

Effectivement, tout les commentateurs l'ont dit : ce n'est pas seulement une rue populeuse de la capitale thaïlandaise qui était visée, mais bien un lieu de culte touristique dans un des quartiers de Bangkok les plus visités par les étrangers.

Et d'ailleurs, plutôt visité par des touristes chinois qu'occidentaux ! Ce qui permet à certains spécialistes d'expliquer que cet attentat pourrait être une façon de punir soit la politique chinoise vis-à-vis de sa minorité ouïgour, soit l'impérialisme chinois en général.

L'autre explication est plus interne : le tourisme est un secteur essentiel pour la Thaïlande. Environ 26 millions d'étrangers ont visité le pays l'année dernière : c'est beaucoup plus que la Grèce ou le Maroc, par exemple.

Surtout, alors que le pays connait une crise économique difficile, c'est le seul relai de croissance sur lequel comptait le gouvernement thaïlandais. Hier encore, le ministère du tourisme thaïlandais rêvait de franchir la barre des 30M de tourisme dès cette année.

Relance : avec cette attentat, cet objectif devient irréaliste...

D'autant plus que la Thaïlande est aussi une destination hivernale. C'est-à-dire qu'en frappant en août, les terroristes savent qu'ils découragent les étrangers qui voulaient venir cet automne ou cet hiver et qui peuvent encore changer leurs plans.

Mais d'une façon plus générale, je voulais souligner combien le tourisme international est devenu une cible. Jusqu'en Chine, où des terroristes avaient attaqué des touristes en octobre 2013 sur la place Tiananmen, en plein Pékin, faisant 5 victimes.

Plus récemment, les attentats du Bardot et de Sousse, en Tunisie, ou encore la longue litanie des attentats en Egypte qui a fini par tuer pour de longues années le tourisme local. Rappelons aussi les attentats de Bali en octobre 2002 : 202 morts tout de même.

Pourquoi le tourisme et les touristes sont-ils ainsi visés ? La première raison, c'est que c'est facile : par nature, les lieux touristiques sont ouverts, les mesures de sécurité discrètes (on n'est pas en vacances pour voir des militaires) et les cibles concentrées.

La seconde raison est médiatique : lorsqu'on s'en prend à des étrangers, la couverture médiatique est immense. Peu de moyens - à Sousse un tueur et une Kalashnikov - mais par contre, des caméras, des journalistes, des heures de direct dans le monde entier.

J'ajouterais qu'avec les réseaux sociaux, cette surmédiatisation – qui est normale – est démultipliée : les premières images de Sousse ou de Bangkok ont été prises au téléphone portable et postée quasi immédiatement sur Internet.

Enfin, la troisième raison qui explique ces attaques sur les touristes, c'est évidemment le mal que ces attentats font au gouvernement lui-même. Reprenons le cas de la Thaïlande : c'est une dictature militaire depuis un an.

Le moins qu'on puisse demander à militaires, c'est de faire régner l'ordre. En commettant des attentats aveugles contre les touristes, les terroristes font donc passer les militaires thaïlandais pour des incapables sur le seul point qui les légitime.

Relance : j'imagine que l'on verra donc d'autres attentats de ce genre dans le monde...

Oui, et pour une raison presque mathématique : le tourisme est un des phénomènes économiques et sociaux les plus massifs du 21ème siècle. Un chiffre : en 1950, il y avait 25M de touristes dans le monde. L'année dernière, nous avons dépassé le milliard.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.