Le président afghan vient d'annoncer une trêve unilatérale avec les Talibans et le début de négociations de paix. La nouveauté est la volonté américaine d'entrer dans ces négociations. Il faut dire que 17 ans de guerre ont épuisé les Etats-Unis.

Le président afghan a annoncé hier une trêve unilatérale avec les Talibans. Et il était temps ! Parce que les Talibans afghans ne cessent de voler de victoire en victoire ! Mi-août, ils ont assiégé puis conquis une capitale de province, la ville de Ghazni, qui se trouve tout de même à 150 petits kilomètres de Kaboul, la capitale.

L'avertissement a été reçu 5 sur 5 par le président Ghani qui a donc décidé, notamment sous la pression des Américains, d'offrir une trêve aux Talibans et surtout, de commencer des négociations en position de faiblesse ! Mais la paix est à ce prix.

Cela fait 17 ans que les Américains, suite au 11 septembre 2001, ont lancé l'opération "Liberté immuable". Une opération qui, à son apogée, a signifié le déploiement de 100 000 hommes. L'Afghanistan, c'est la plus longue guerre de l'histoire des Etats-Unis.

La guerre sans fin des Etats-Unis

Les Talibans ont certes été chassés du pouvoir en quelques semaines, mais ils n'ont jamais abandonné le terrain. Pour une bonne raison : ils ont continûment été soutenu par une partie de la population pashtoune et par le Pakistan.

Les talibans sont des pashtounes, la principale composante de la population afghane et, traditionnellement, celle qui dirige le pays. Quant au Pakistan, il n'a jamais cessé de les financer, appuyer, soigner, loger : l'Afghanistan est une chasse gardée pakistanaise.

Dans ces conditions, il a tout de même fallu 17 longues années de guerre avant que les belligérants et leurs parrains régionaux et internationaux, ne se rendent à l'évidence : personne ne peut remporter cette guerre, il faut négocier et partager le pouvoir.

Négocier avec les Talibans, une nouveauté

C'est la vraie surprise de ces dernières semaines : une équipe du ministère des Affaires étrangères américain a rencontré au Qatar, en juin dernier, une délégation talibane. C'est la première fois que de telles discussions sont rendues publiques. C'est un tournant !

Pourquoi ? Parce que les talibans ont toujours dit qu'ils refusaient de négocier avec le gouvernement afghan et qu'ils n'accepteraient qu'avec Washington. Refus de Washington avec un argument simple : on ne négocie pas avec des terroristes tueurs d'Américains.

Mais visiblement, depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, tout est possible. Discuter avec les Nord-Coréens et les Talibans ? Allons-y ! Ce n'est pas une critique : pour faire la paix, on discute avec ses ennemis. C'est juste surprenant.

L'Afghanistan, marche d'empire jamais conquise

Personne, depuis Alexandre le Grand, n'a réussi a conquérir ou dompter cette marche d'empire qu'est l'Afghanistan. Les Britanniques, au fait de leur puissance, s'y sont cassé les dents et violemment encore.

Les Russes qui s'y sont épuisés, au point qu'on peut dire que la fin de l'URSS s'est jouée à Kaboul, pas à Washington. Alors les Etats-Unis, leur armée boursoufflée et leur méconnaissance du terrain, les seigneurs de la guerre afghans, les ont eu à l'usure.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.