une douzaine de mineurs français engagés dans le conflit syrien, selon manuel valls
une douzaine de mineurs français engagés dans le conflit syrien, selon manuel valls © reuters
**La conférence de paix sur la Syrie s’ouvrira donc bien demain en Suisse. Ses résultats sont plus qu’incertains et les péripéties qui ont précédé cette confirmation – un vrai roman diplomatique comme on parle d’un roman d’espionnage – disent toute la difficulté de la tâche.** Dimanche soir tout semblait réglé, [tout était réglé puisque les Occidentaux et les pays arabes avaient enfin pu convaincre l’insurrection syrienne de se rendre à Montreux](http://www.franceinter.fr/depeche-les-opposants-de-la-cns-acceptent-de-participer-a-geneve-ii-0). Les sourires étaient de mise. Les diplomates concernés allaient s’accorder une journée de repos avant d’entrer dans le vif du sujet quand soudain, milieu d’après-midi heure de new York, près de minuit en Europe, coup de tonnerre. Ban Ki-moon, le secrétaire générale de l’Onu, fait annoncer qu’il a invité l’Iran à cette conférence alors même que l’insurrection et ses soutiens arabes et occidentaux n’acceptaient la présence du principal allé du régime syrien qu’à la condition qu’il ait préalablement adhéré à l’objectif de ce Genève 2 – la mise en place d’un régime de transition dont Bachar al-Assad serait exclu. Or les Iraniens, eux, n’avaient jamais accepté cette condition et le secrétariat général de l’Onu ne faisait pas état d’un changement de leur position. Tout le monde appelle tout le monde. Personne ne comprend plus ce qui se passe et chacun regarde bientôt chacun en se demandant qui a manigancé quoi. Les Européens se demandent si ce ne serait pas les Américains qui se seraient mis d’accord avec les Russes pour concocter au plus vite un faux règlement sur le dos de l’insurrection et avec l’appui des Iraniens. Leur soupçon est d’autant plus fort que au même moment et à la plus grande satisfaction des Etats-Unis, les Iraniens se préparent à l’application du compromis intérimaire sur le nucléaire qui sera effective lundi matin, quelques heures plus tard. L’insurrection se sent flouée, trahie. Ses soutiens lui avaient dit que cette conférence serait pour elle l’occasion de plaider sa cause à la face du monde, que le retrait de Bachar al-Assad était son objet et qu’elle n’avait donc qu’intérêt à se conformer à la volonté internationale alors que le régime syrien s’apprêtait à s’y refuser. L’insurrection s’était résolue à y aller mais, là, non, elle n’irait pas s’asseoir aux cotés des Iraniens qui arment et financent la dictature. ### **La situation sur le terrain :**
Les pourpalers sur la Syrie
Les pourpalers sur la Syrie © Ide / IDE
Hier à l’aube, il n’y avait plus de conférence de paix et s’ouvre alors un tir nourri de déclarations et démarches visant à faire revenir sur son invitation Ban Ki-moon qui s’y refuse. C’est tout juste si ce Coréen du Sud n’a pas été menacé d’être livre à la Corée du Nord et après avoir répété, des heures durant, que l’Iran lui avait promis d’accepter publiquement l’objectif de la conférence, Ban n’a cédé qu’au vu des déclarations iraniennes affirmant le contraire. ### **Comprendre les pourpalers en Syrie, avec une présentation de l'opposition :**
Qui sont les opposants ?
Qui sont les opposants ? © Ide
L’Iran n’est plus invité, l'insurrection ira en Suisse, mais que s’est-il passé ?Le secrétaire général avait-il cru à une fausse promesse iranienne ? Les Américains, les Russes ou les deux l’auraient-ils incité à tenter un ballon d’essai avant de reculer devant la fermeté de l’insurrection ? Les Iraniens, c'est le plus probable, se sont-ils divisés après coup? Mystère, mais à cette conférence, rien ne sera simple. ### Aller plus loin :
la coalition nationale syrienne accepte de participer à genève ii
la coalition nationale syrienne accepte de participer à genève ii © reuters
[Notre dossier : "Syrie, un pays en guerre"](http://www.franceinter.fr/dossier-syrie-un-pays-en-guerre)
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.