Les Pays-Bas sont le pays de la tolérance. Les esprits libres et tous les persécutés y trouvaient refuge dans les siècles passés. C’est là que l’homosexualité a été le plus tôt acceptée en Europe et la marijuana y est en vente libre, ce qui avait ému Jacques Chirac au début de son premier mandat. Enracinée dans une culture marchande et protestante, cette tradition est si solide qu’elle a très paradoxalement suscité dans ce pays l’un des mouvements de rejet de l’immigration musulmane les plus profonds de toute l’Union. Longtemps très bien accueillis, les musulmans venus des anciennes colonies néerlandaises et, souvent, du Maroc y sont aujourd’hui regardés avec une méfiance croissante car le poids qu’ils ont pris dans les grandes villes, la présence de leurs traditions vestimentaires, religieuses et culturelles y sont perçus par beaucoup d’électeurs, de droite et de gauche, comme une menace pour la tolérance nationale. A la veille des dernières élections, un professeur de sociologie, Pim Fortuyn, homosexuel au crâne rasé et à l’élégance recherchée, tout le contraire d’un baroudeur d’extrême-droite, avait ainsi acquis une immense popularité, tout particulièrement dans la jeunesse, en faisant campagne contre l’Islam et l’immigration et appelant à la suppression de l’article de la Constitution qui interdit les discriminations. Il s’agissait, dans son esprit, de permettre la discrimination des musulmans candidats à l’immigration parce qu’ils sont, disait-il, intolérants et favorables à la discrimination des femmes et des homosexuels, donc hostiles aux valeurs néerlandaises et aux acquis de la liberté. Les sondages lui étaient tellement favorables que s’il n’avait pas été assassiné par un déséquilibré neuf jours avant le scrutin, son parti aurait été en position de former le gouvernement ou d’y participer en tout cas. Deux ans plus tard, en mai 2004, le metteur en scène Théo van Gogh était tué, par un jeune marocco-néerlandais, pour avoir réalisé, avec une très célèbre et très populaire député musulmane d’origine somalienne, un film dénonçant le sort des femmes dans l’Islam. Des violences s’étaient ensuivies contre des mosquées et c’est dans ce climat de tensions que le gouvernement néerlandais a décidé d’imposer, depuis mercredi dernier, un examen d’entrée aux candidats à l’immigration, connaissances de la langue et de la tolérance néerlandaises. Pour aider à préparer cette épreuve, le gouvernement fait diffuser par ses consulats un film de deux heures, en DVD, montrant les bons et les mauvais côtés des Pays-Bas, les embouteillages, le chômage, les succès d’anciens immigrés comme les dangers d’inondation et martelant, surtout, que la tolérance est une valeur essentielle du pays et qu’un immigré doit donc se préparer à tolérer la tolérance. C’est-à-dire ? Eh bien cela, par exemple, que montre ce film, une plage où des femmes se baignent poitrine nue et deux hommes s’embrassant amoureusement dans des prés verdoyants. « C’est pour ceux qui ne savent pas », explique la porte-parole du ministère de l’immigration en ajoutant : « Ils n’ont pas besoin d’être en accord avec l’homosexualité mais nous leur demandons de respecter les droits des autres. C’est un pays libre ». Libre… et surprenant.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.