Ce matin, direction les Etats-Unis pour une polémique de Noël qui implique Donald Trump...

Et qui surtout en dit beaucoup sur les Etats-Unis d'aujourd'hui. Commençons par une question que vous ne vous êtes jamais posée : êtes-vous plutôt « Joyeux Noël » ou « Joyeuses fêtes » ? La question est sur toutes les lèvres aux Etats-Unis.

Elle a commencé, cette polémique, en octobre 2015, lors d'un des tout premiers meetings de campagne de Donald Trump. Ce jour-là, dans l'Iowa, il promettait aux foules rassemblées pour l'écouter de ramener les « Joyeux Noël » dans les rues.

Pourquoi cette drôle de promesses ? En fait, dans tous les Etats-Unis, et par égard pour ceux qui ne sont pas chrétiens, le traditionnel « Merry Christmas » a petit à petit laissé la place au consensuel « Merry Hollidays » ou « Joyeuses fêtes ».

Personne ne s'en était offusqué, sauf quelques sites d'extrême droite qui en faisait déjà à l'époque un de leurs chevaux de bataille : le signe d'une victoire du politically correct sur les valeurs traditionnelles de l'Amérique.

Et ça a marché, cette polémique ?

Ca a tellement bien marché, que Donald Trump l'a encore reprise la semaine dernière, lors de sa tournée de remerciements, le « Thank you tour », a travers les Etats-Unis. Les foules sont même extatiques lorsqu'il promet de leur rendre Noël.

Au-delà de l'anecdote, on voit bien ce qui est en jeu : une guerre culturelle au progressisme qui a modifié le visage des Etats-Unis en quelques années. La victoire du mariage pour tous à la Cour suprême en est un exemple parfait.

D'un côté les Etats-Unis ont rejoint la bonne vingtaine de pays qui permettent aux gays et lesbiennes de convoler. De l'autre, la Caroline du Nord a adopté une loi interdisant aux transsexuels d'utiliser les toilettes publiques de leur choix.

Mais qui l'a remporté, cette guerre culturelle ?

Plutôt les progressistes. Prenez quelques batailles d'importance. Sur l'avortement, la guerre est constante, mais les pro-life, les antiavortements, n'ont jamais vraiment réussi à inverser le droit des femmes à avoir librement recours à l'IVG.

Sur le cannabis, le pays qui a inventé la prohibition est en train de basculer vers la légalisation totale : 8 Etats l'ont adopté, dont la Californie, l'Etat le peuplé et le plus riche. On parle déjà aux Etats-Unis de ruée vers l'or vert.

Sur la peine de mort, alors que 31 Etats l'appliquent, il n'y a eu en 2016 que 20 exécutions, le chiffre le plus bas depuis 1991. Le nombre de peines prononcées cette année, 30, est aussi historiquement bas. C'est 90% de moins qu'en 1996.

Du coup, la résistance Trump sur cette histoire de « Merry Christmas » est dérisoire. D'autant qu'il ne s'agit que de mots. Figurez-vous que le Guardian de Londres a mené l'enquête dans la Trump Tower de New York.

Le journaliste du quotidien y a bien vu des sapins illuminés, des guirlandes, des pères Noël qui faisait « Oh-oh-oh » mais pas un seul « Merry Christmas ». Pas un ! Ah si, une boule de Noël marquée « Christmas » mais « made in China ».

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.