Qu’est-ce qui a fait un tel géant de Nelson Mandela, de cet homme respecté, admiré, vénéré dans le monde entier dès les années 80 et dont le gouvernement sud-africain annonçait hier soir qu’il était désormais, à 95 ans, « dans un état critique », autrement dit proche de sa fin ?

Ce sont, naturellement, les 27 années de prison, dans des conditions longtemps très dures, qu’il avait endurées pour s’être rebellé conte la ségrégation raciale régnant dans son pays. C’est bien sûr l’absolue légitimité de son combat, d’abord non-violent puis armé, contre ce régime d’apartheid qui faisait des Noirs des parias dans leur propre pays dominé par une minorité blanche qui ne leur reconnaissait aucun droit. C’est évidemment la force, la dignité, le courage avec lesquels il avait refusé, cinq ans durant, des offres de libération de plus en plus pressante en échange d’un appel à la renonciation à la lutte armée puis d’un adoucissement des lois organisant la ségrégation.

C’est surtout la détermination qu’il a mise, dès lors que de vraies négociations s’étaient ouvertes, en 1990, avec le pouvoir blanc, à éviter que les Zoulous comme la minorité la plus radicale de la minorité blanche ne fassent éclater l’Afrique du Sud et ne la plongent dans des guerres sans fin en fondant leurs propres Etats. Bien avant de devenir, en 1994, le premier président de l’Afrique du Sud démocratique, Nelson Mandela avait pris sur ses épaules le destin de son pays avec l’obsession de ne pas laisser échouer l’espoir d’une transition réussie entre le non-droit et l’Etat de droit et il avait, pour cela, réfréné l’impatience de ses partisans, donné le temps à Frederik de Klerk, son interlocuteur, l’homme qui l’avait fait libérer, de convaincre la population blanche qu’il fallait sortir de l’apartheid et même été jusqu’à longuement négocier avec les mouvements les plus racistes et les plus violents qu’il avait su amener à accepter l’inéluctable – un homme, une voix.

Ces quatre raisons auraient plus que largement suffi à faire de lui le mythe qu’il est devenu mais là n’est pourtant pas l’essentiel. La vraie grandeur de Mandela est d’avoir su dépasser le ressentiment et de l’avoir fait dépasser à la majorité noire, d’avoir su comprendre que la plus grande des victoires, ce n’était pas la défaite de l’adversaire mais la victoire que l’on remporte sur soi-même en regardant devant et non pas derrière soi.

Après tant d’injustice et de violences, les Sud-Africains auraient eu toutes les raisons de ne pas vouloir vivre avec les Blancs et de les pousser à partir. C’eut été humain, trop humain, mais que se serait-il alors passé ? Des gens qui n’avaient plus d’autre pays tant ils étaient installés là depuis longtemps seraient devenus apatrides alors que tous, loin de là, n’avaient pas de fortune à l’étranger.

Une injustice aurait succédé à une autre et l’Afrique du Sud se serait ainsi privée d’enseignants, d’entrepreneurs, de fermiers, d’ouvriers, de médecins, dont elle avait besoin pour développer son économie et qui étaient tout aussi Sud-Africains que les Noirs. Non seulement Nelson Mandela a su pardonner mais il su construire un pays qui s’affirme aujourd’hui et devient – cela n’est pas fait mais se fait – un pays dont l’irremplaçable atout est l’unité dans la diversité.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.