Géopolitique par Anthony Bellanger.

Noël toujours mais cette fois-ci en Chine…

La Chine qui est tout de même un endroit paradoxal où fêter Noël, puisque l’immense majorité des Chinois ne sont pas chrétiens. Mais qu’à cela ne tienne : le commerce là-bas ne rate pas une si belle occasion de vendre.

En moins de 20 ans, ce qui était une célébration pour étrangers de passage est devenu un véritable phénomène de société. Partout, de Pékin à Shanghai, on trouve aujourd’hui des pères Noël, des sapins décorés et même des elfes !

Les elfes qui, je le rappelle, appartiennent à la mythologie scandinave et qui donc, en Chine, se retrouvent très loin de leurs bases. Alors pour les acclimater un peu, les Chinois leur font jouer de la cymbale, un instrument traditionnel là-bas.

Noël est même devenu le second festival le plus fêté de l’année par les Chinois, juste derrière le festival du printemps qui dure une huitaine de jours et qui, pour le coup, est impeccablement « made in China ».

Relance : j’imagine qu’il y a tout de même des résistances à cette invasion ?

Bien sûr. A commencer par des résistances religieuses. Si les Chinois fêtent Noël massivement, ils fêtent la version païenne de Noël. En clair, on trouve des Pères Noël ressemblants à Bouddhas hilares à bonnets rouges mais pas d’enfant Jésus.

Quant aux Catholiques chinois, ils seraient entre 5 et 10 millions, ils sont depuis toujours surveillés de près. Notamment dans la ville de Wenzhou, qu’on appelle parfois la Jérusalem chinoise, où ils sont particulièrement nombreux.

Depuis un an, les églises de cette ville prospère et de la province qui l’entoure, le Zhejiang, sont l’objet d’une sorte de harcèlement des autorités. Près de 400 d’entre elles ont été inspectées, des croix enlevées, et parfois même détruites.

Le PC chinois se méfie depuis toujours d’une religion dont le chef spirituel est un étranger : le pape de Rome. Du coup, cohabitent en Chine deux clergés catholiques : un officiel, reconnu par Pékin, et un clandestin, reconnu par Rome.

Relance : mais cette fois-ci les résistances sont d’ordre idéologiques

Exactement ! Pas plus tard que mercredi dernier, des étudiants du Hunan ont manifesté contre Noël avec des banderoles déclarant que « Les Chinois ne devraient pas d’adonner à des fêtes étrangères ».

Dans une autre université du nord-est de la Chine, les étudiants ont été punis pour avoir voulu organiser Noël. Ils ont été enfermés dans un amphithéâtre, obligé de regarder 3h de films de propagande, dont un à la gloire de Confucius.

En fait, cette mauvaise humeur officielle participe d’une campagne plus large contre les « valeurs occidentales » qui contamineraient les Chinois et dont la popularité de Noël serait le symbole.

Il y a d’ailleurs une blague qui court en Chine : le père Noël arrive dans le ciel chinois. A cause de la pollution, il tousse, s’évanouit et tombe au sol. Comme il n’est pas très communiste, personne n’ose l’aider à se relever.

Par contre, sa hotte, ses rênes et son traineau, eux, sont « retenus » par la police et le contrôle sanitaire (c’est à dire pillé) : il n’y a pas de petits profits ! Du coup, Noël est annulé en Chine.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.