Avec 16 morts hier, l’Iran a le plus grand nombre de victimes de l’épidémie en dehors de la Chine, dans un pays où la transparence n’existe pas et les pénuries font douter de sa capacité à faire face à une explosion de cas.

Une iranienne masquée à Qom, la ville sainte chiite, épicentre de l’épidémie de coronavirus en Iran, mardi 25 février 2020.
Une iranienne masquée à Qom, la ville sainte chiite, épicentre de l’épidémie de coronavirus en Iran, mardi 25 février 2020. © AFP / STRINGER / ANADOLU AGENCY

De tous les pays gagnés par l’épidémie de Coronavirus en dehors de la Chine, l’Iran est aujourd’hui le plus inquiétant, le plus opaque, le plus déconcertant aussi.

L’image symbole de l’épidémie en Iran, c’est évidemment celle de ce vice-ministre de la Santé qui s’éponge le front et semble mal à l’aise lundi lors d’une conférence de presse destinée à rassurer la population que l’épidémie est sous contrôle. Et qui, le lendemain, diffuse une courte vidéo dans laquelle il annonce qu’il est lui-même contaminé, et hospitalisé.

Le vice-ministre de la Santé iranien, Iraj Harirchi
Le vice-ministre de la Santé iranien, Iraj Harirchi © AFP

Mais c’est aussi l’incohérence des chiffres annoncés, qui fait redouter aux spécialistes une réalité bien plus grave que ce que veulent bien admettre les autorités. Il y avait officiellement hier 16 morts pour une centaine de cas, alors que partout ailleurs le taux de mortalité est de 2%. L’Iran serait le seul pays avec un taux sept fois plus élevé : c’est invraisemblable, soit le nombre de cas réel est délibérément minimisé, soit les capacités de détection sont limitées et le gouvernement ne connait pas l’ampleur de l’épidémie sur son territoire.

Le risque est double en Iran. D’abord, comme en Chine, l’absence de culture de transparence officielle sème le doute. Souvenez-vous que l’Iran sort à peine de l’affaire de l’avion ukrainien abattu au décollage à Téhéran, et de la tentative initiale de faire passer cette bavure de l’armée pour un accident.

Mais c’est surtout qu’en Iran, la survie du régime prend le pas sur toute autre considération, y compris la santé publique, en ces temps de confrontation larvée avec les États-Unis. Hier, le Président iranien, Hassan Rohani, a pris la parole pour dénoncer un « complot » des ennemis de l’Iran afin de semer la panique. Il a demandé que la vie normale continue, et a promis que l’épidémie serait résorbée d’ici à samedi. 

Un déni qui se manifeste en particulier dans la ville sainte chiite de Qom, à 150 kilomètres au sud-ouest de Téhéran, l’épicentre de l’épidémie en Iran. Cette ville d’1 million d’habitants reçoit quelque 20 millions de visiteurs par an, et les autorités religieuses ont refusé de renoncer aux grands rassemblements de prières.

L’Iran a-t-il les moyens de contenir l’épidémie ? Ca parait difficile dans un pays qui est soumis à un embargo pétrolier qui le prive de sa principale ressource, et vit depuis des mois une sérieuse crise des approvisionnements, y compris en médicaments.

Cette situation inquiète les voisins de l’Iran : c’est le cas de Kirkuk, dans le nord de l’Irak, où les quatre premiers cas touchent des pélerins de retour d’Iran ; mais aussi Bahrein, le Liban, la Turquie ou l’Afghanistan. 

Cette épidémie a un potentiel de déstabilisation partout où elle se produit, on a vu la colère en Chine à la mort du médecin lanceur d’alerte, ou le début d’émeute en Ukraine. C’est encore plus le cas, évidemment, dans des régions complexes comme l’Iran, que le virus achève d’isoler. 

Il est trop tôt pour en connaître les conséquences, mais un virus qui ne connaît ni frontières, ni idéologies, vient désormais compliquer un peu plus des situations géopolitiques explosives.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.