Le nom du nouveau ministre israélien de la Défense a retenu votre attention...

Par Anthony Bellanger

Le nom du nouveau ministre israélien de la Défense a retenu votre attention...

Et celle de l'ensemble des commentateurs en Israël et dans le monde ! Benjamin Netanyahu a, en effet, nommé à la tête du ministère le plus important dans un pays qui se considère en guerre perpétuelle, celui de la Défense, Avigdor Lieberman.

Or ce dernier n'est pas seulement le chef d'Israel Beitenou, un parti ouvertement anti-arabe et nationaliste – on dirait en France et en Europe d'extrême-droite – il est aussi un des politiciens israéliens les moins qualifiés pour diriger Tsahal, l'armée israélienne.

Sa carrière militaire n'a jamais été au-delà du grade de caporal et, pour vous donner une idée de la profondeur de sa pensée, Avigdor Lieberman est l'auteur de quelques unes remarques contre les Palestiniens les plus incendiaires du moment.

Il a par exemple déclaré il y a quelques semaines que, lui ministre de la Défense, il ne donnerait pas plus de 48h à vivre au leader gazaoui du Hamas, Ismaël Haniyeh. Ou encore que, lui en charge, le Hamas n'aurait plus qu'à réserver des places au cimetière.

Alors pourquoi l'avoir nommé ministre de la Défense... ?

D'abord, comme toujours en politique, une chose est d'être dans l'opposition, et donc de nuire au gouvernement en place, et une autre est d'être ministre, et donc d'être obligatoirement solidaire de son 1er ministre.

Or, pour paraphraser un ancien ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement : « un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ». Et Avigdor Lieberman, qui a déjà été ministre des Affaires étrangères, sait appliquer cette maxime à la lettre.

De plus, cette nomination permet de renforcer la majorité très étroite dont dispose Benjamin Netanyahu. A la Knesset, le parlement israélien, il peut compter sur 61 députés sur 120. C'est court ! Avec Lieberman, il en aura 66 minimum. C'est mieux !

C'est aussi un très mauvais signe envoyé aux Palestiniens : comment discuter de paix avec un tel personnage ?

D'abord, qui discute encore sérieusement de paix entre Israéliens et Palestiniens ? Personne. L'expression « processus de paix » est devenue vide de sens et de bonnes volontés de part et d'autre et depuis longtemps.

Paradoxalement, ce sont les hauts militaires israéliens qui sont les plus critiques. Le chef d'Etat-major adjoint des armées, Yair Golan, s'en est pris récemment à la société israélienne, la comparant à celle de à l'Allemagne des années 30.

La nomination d'Avigdor Lieberman est donc aussi un message adressé à ces « colombes en galons » qui donnent des leçons de diplomatie et de modération à Netanyahu : en leur mettant un petit caporal entre les jambes, il les humilie et veut les faire taire.

En résumé, la nomination d'Avigdor Lieberman l'extrémiste, est d'abord une façon de le discipliner, ensuite c'est une bonne opération politique, enfin, c'est une bonne claque à des militaires israéliens jugés arrogants et dominateurs.

La paix avec les Palestiniens, elle, attendra quelques années de plus, comme elle le fait si bien, ou si mal, depuis si longtemps !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.