La population de cet immense continent aurait déjà dépassé celle de la Chine.

Holi, la fête des couleurs en Inde. Fête religieuse hindoue, qui marque la fin de l’hiver et le début du printemps, en se jetant de l'eau et de la poudre de colorées.
Holi, la fête des couleurs en Inde. Fête religieuse hindoue, qui marque la fin de l’hiver et le début du printemps, en se jetant de l'eau et de la poudre de colorées. © Getty / ferrantraite

L'Inde deviendra donc dès l'année prochaine la 5e puissance économique au monde, devant la France...  

D'abord et avant tout, ce « sorpasso » indien n'est que justice. Comment voulez-vous plus longtemps justifiez et même comprendre que 65 millions d'habitants – comme la France et la Grande-Bretagne – produisent plus qu'un milliard 300 millions d'Indiens.  Deuxièmement, ce n'est pas un dépassement, c'est en fait un retour à l’Histoire. L'Inde et la Chine ont été de la plus haute antiquité jusqu'au XVIIIe siècle les deux premières économies du monde. Et loin devant !  Il fut un temps où l'on se protégeait des cotonnades indiennes dont le tissage et les teintes effaraient les Européens. L'Inde qu'on espionnait pour son avance technologique, qu'on admirait pour ses richesses et qu'on imitait... très mal d'ailleurs.  

Ce n'est pas seulement l'Inde qui accélère, c'est toute l'Asie...  

Lorsqu'on regarde les chiffres de croissance mais aussi de population, on voit bien où se trouve l'équilibre du monde : à l'horizon 2030, 3 des 4 plus grandes économies mondiales seront asiatiques.  Ce qui me permet d'ailleurs de tordre le cou à une petite musique malthusienne très agaçante et qu'on retrouve parfois jusqu'au sommet de l'Etat. Une population jeune et en pleine croissance n'est jamais, d'aucune manière, un handicap.  Ce qui est un handicap, voire un drame, c'est ce que connait l'Europe : un vieillissement accéléré et une diminution de sa population. Jamais l'inverse. C'est bien le problème de la Chine, par exemple, qui probablement sera vieille avant d'être riche.  Mais l'Inde et sa population jeune, mieux éduquée et nourrie, qui a déjà en partie vaincue la pauvreté crasse qui la caractérisait jusqu'au troisième tiers du siècle dernier, cette Inde là a un avenir radieux en accord avec sa place dans l'histoire.  

J'imagine qu'elle a tout de même quelques défis à relever...  

Le premier d'entre eux est purement géopolitique et s'appelle le Pakistan. L'Inde et le Pakistan sont deux ennemis paradoxaux : les deux populations sont intimement mêlées par l'histoire et la culture et même 70 ans de séparation et de guerre n'ont pas suffi : à Islamabad ou Karachi, les films de Bollywood sont toujours aussi populaires et en Inde, les acteurs les plus célèbres mais aussi les joueurs de criquet les plus adulés sont toujours aussi musulmans. Pourtant, le principal enjeu indien se trouve là.  D'une part parce que le Pakistan  déteste être marginalisé au profit de son géant de voisin. Il en devient dangereux. Il va donc falloir trouver un moyen pour réintroduire ce Pakistan nucléarisé – je le rappelle - dans le jeu diplomatique mondial.  La Chine l'a parfaitement compris qui y invertit des dizaines de milliards de dollars. Mais pour cela, il va falloir aussi que l'Inde ne pousse pas son avantage au-delà du raisonnable et en rabatte un peu sur l'hindouisme militant qui en ce moment lui sert de politique.  L'Inde a tout à gagner à apaiser son voisin, ne serait-ce qu'en assumant son rôle à venir de 1er pays musulman au monde et tout à gagner aussi à régler ses différents avec la Chine : après tout, entre les 2 pays, dès aujourd'hui, se concentrent 4 êtres humains sur 10.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.