Une résolution de l'ONU à peine votée, aussitôt violée et la Russie qui « ordonne » un cessez-le-feu quotidien de 5 heures…

Pour comprendre ce qui ressemble à un jeu de dupes, il faut avoir en tête une seule et unique chose : la Russie joue gros depuis quelques jours. Elle joue sa réputation internationale et diplomatique. Je m'explique.

Depuis le début du conflit, 11 résolutions de l'ONU ont échoué à être adoptées à cause du véto russe. C'était devenu une telle habitude que les tentatives étaient découragées avant même de naître dans l'esprit pourtant fécond des diplomates.

Puis est venue la Ghouta orientale. Soyons clairs : cette banlieue de Damas encore entre les mains des djihadistes n'est ni la plus difficile des batailles, ni même la plus meurtrière, elle est simplement la plus symbolique et une des dernières.

La plus symbolique parce que c'est une des toutes premières parties du territoire syrien à avoir échappé au régime, c'est aussi là qu'a eu lieu la pire attaque aux armes chimiques de ce conflit, c'était en août 2013, et c’était signé Bashar Al Assad

Une des dernières enfin parce que Damas a repris l'essentiel du terrain. En clair, Damas a remporté la partie. Ses bombardements d'hôpitaux - 480 depuis 2011 - et de zones urbaines peuplées paraissent donc plus monstrueux encore.

En quoi la Russie joue-t-elle sa réputation ?

Il est temps pour elle de tirer parti de sa victoire. Il faut comprendre que le budget militaire russe n'est pas beaucoup plus important que celui de la France. Or elle est deux fois moins riche et sa population, 2 fois plus importante que la nôtre.

Autrement dit, la Russie se ruine en Syrie et elle ne consent à cet effort que pour obtenir, à terme, son retour en majesté à la table des puissants de ce monde. Pour elle, il est donc temps de passer aux négociations et au plus près de ses intérêts.

Pour bien montrer qu'une nouvelle étape est franchie, elle a enfin accepté de voter une résolution de l'ONU. Ce qui est d'ailleurs fascinant, c'est qu'elle a accepté le weekend dernier ce qu'elle avait refusé une semaine plus tôt :

Une résolution suédo-koweitien proposant aussi une trêve de 30 jours avait été balayé par la Russie qui la jugeait « irréaliste ». Une semaine plus tard, les Russes ont dû estimer que l'essentiel des opérations militaires aériennes étaient achevées.

Encore faut-il qu'ils soient suivis sur le terrain par les militaires syriens. C'est maintenant que la Russie joue sa réputation et, du coup, les mots sont cruciaux : Moscou ne veut pas un cessez-le-feu, il l'ordonne. Preuve que le message devait être passé haut et clair.

Enfin, je voulais m'élever contre le procès en impuissance intenté à l'ONU. On le voit aujourd'hui : l'ONU est le lieu unique de toutes les négociations sérieuses et légitimes : même la Russie de Poutine sait qu'elle est incontournable. Et c'est en soi un énorme succès.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.