Le vrai chiffre des morts du Covid19 en Espagne ? Près de 45 000, soit un tiers de plus que le bilan officiel. Un choc pour le pays.

Un chiffre effrayant en « une » dimanche 26 juillet du quotidien espagnol El País : 44 868. C'est le nombre de victimes du covid19 auquel le grand quotidien madrilène est parvenu après des semaines d'enquêtes et en recoupant l'ensemble des données statistiques des 17 régions autonomes espagnoles.

C'est un véritable choc pour tout le pays parce que la différence entre ce chiffre et ceux donnés par le ministère de la Santé est de près d'un tiers. Autrement dit, il manque dans les statistiques officielles 16 436 décès.

Et ce chiffre obtenu par El País est corroboré par trois autres institutions : l'Institut de Santé Carlos III, l'Institut national de statistique et l'Association espagnole des professionnels de services funéraires. Autrement dit, le doute n'est plus permis.

Le 2e pays le plus touché en Europe...

Après la Grande-Bretagne. Or le problème est que l'Espagne compte 15 millions d'habitants de moins que le Royaume-Uni. Ou 10 millions de moins que l'Italie, qui pour le moment ne dénombre qu'environ 35 000 victimes.

En clair, le vrai carnage européen du Covid19 ne se situe ni en France, ni en Italie, ni encore en Grande-Bretagne mais bel et bien chez notre voisin espagnol. On pourrait aussi se dire qu'il faut encore attendre pour avoir le tableau complet de l'épidémie.

Sauf qu'El País s'est aussi intéressé à la façon dont les autres pays européens avaient établi leur statistiques : en France, comme en Grande-Bretagne, la surmortalité constatée depuis février 2020 n'est pas très différente des chiffres officiels de victimes.

Les morts en EPHAD et à domicile 

En fait, le ministère de la Santé espagnole, contrairement à la France ou à la Grande-Bretagne, n'a pas réussi à faire remonter les chiffres des maisons de retraite et des morts à domicile.

Mais surtout, comment expliquer que l'Espagne soit aussi violemment touchée ? D'autant que si les régions les régions touristiques, donc largement ouvertes sur le monde, ont été lourdement frappées, les plus gravement atteintes sont Madrid et son arrière pays.

Précisément des régions qui accueillent beaucoup moins de touristes. Là, il n'y a qu'une explication plausible : la désorganisation et le sous-équipement des services sanitaires, l'impréparation de l'administration et l'incohérence fatale de la communication de crise.

Un modèle économique à revoir entièrement

On peut ajouter qu'il y a une vrai culture espagnole de la proximité sociale qui n'a évidemment rien arrangé. Mais l'Espagne n'est pas le seul pays européen des accolades, des embrassades et des fêtes tardives.

Par contre, elle est le seul grand pays de l'Union a en avoir fait son modèle économique. L'Espagne c'est le pays « sol, playa y ladrillo » ; « soleil, plage et bétonnage ». Un modèle de développement qui date du franquiste et que l'Espagne n'a jamais su dépasser.

Concrètement, dans le cas qui nous préoccupe, à savoir la pandémie de Covid19, pour ne pas trop rater la saison touristique 2020, l'Espagne a déconfiné ses régions côtières dans la précipitation et on voit aujourd'hui le résultat :

En clair, le pays de la 2e vague, c'est donc l'Espagne. D'où la spectaculaire décision de la Grande-Bretagne d'imposer une quarantaine de 14 jours à tout ceux qui en reviennent. C'est très dur pour Madrid mais c'est aussi l'occasion de repenser entièrement un modèle économique failli.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.