"Donne-moi tes pauvres, tes exténués"...

L’objectif est de lutter contre le terrorisme. On ne peut que le partager mais toute la question est de savoir si M.Trump s’y prend bien.

La réponse est que non, pour cinq raisons.

La première est que ces réfugiés de pays musulmans auxquels l’accès du territoire américain est désormais interdit n’entraient pas clandestinement aux Etats-Unis. Ils déposaient des demandes de visa et devaient se soumettre à des entretiens face-à-face durant lesquels leur situation et leurs motivations étaient examinées à la loupe. Fermer la porte à ces malheureux et même à ceux qui avaient déjà passé ces tests avec succès ne renforcera en rien la sécurité des Américains. Ce n’est qu’injuste, cruel, n’importe quoi.

La deuxième raison pour laquelle M.Trump s’y prend mal est que, s’il en est à penser que tout ressortissant d’un pays musulman est suspect d’accointances avec le terrorisme, il n’aurait alors pas dû limiter son décret à sept pays et oublier, entre autres, l’Arabie saoudite d’où venaient les assassins du 11 septembre. Ce n’est qu’illogique, aberrant, n’importe quoi.

La troisième raison pour laquelle M. Trump défend là bien mal la sécurité de son pays est que les familles qui fuient ces pays en guerre sont les victimes du terrorisme et non pas ses agents, des gens des classes moyennes, aspirant à la démocratie et qu’on ne peut certainement pas mettre dans le même sac que les tortionnaires du régime Assad ou les égorgeurs de Daesh. Il n’y a là qu’aveuglement, stupidité, n’importe quoi.

La quatrième raison pour laquelle M. Trump ne vient pas de faire preuve d’un grand discernement est que les soldats sur lesquels l’armée américaine s’appuie contre Daesh, ces hommes qui se battent au sol, contrairement aux soldats américains, sont des ressortissants irakiens ou syriens, des musulmans alliés des Etats-Unis. En faire des suspects, n’est qu’ignorance des faits, trahison d’indispensables alliances, n’importe quoi.

Quant à la cinquième raison pour laquelle M. Trump aurait mieux fait de ne pas signer ce décret elle est qu’en faisant un adversaire de tout musulman, il ne fait qu’alimenter la propagande des djihadistes qui recrutent en répétant, matin, midi et soir, que l’Occident serait l’ennemi de l’islam, un ennemi contre lequel tous les moyens seraient donc bons, voitures piégées et égorgements. Si ce n’était pas que cécité, ce serait de l’intelligence avec le terrorisme, n’importe quoi.

Le véritable objectif de ce décret n’est que trop simple.

Aux Etats-Unis comme en Europe, les djihadistes ont suscité une peur de l’islam sur laquelle le candidat Trump avait surfé et que le président Trump continue de cultiver avec une irresponsabilité aussi démagogique que dangereuse.

Pour la stabilité du monde, cet homme devient vraiment inquiétant et, pour l’heure, il oublie ce qui est gravé aux pieds de la statue de la liberté, ce qui faisait la grandeur de l’Amérique : « Donne-moi tes pauvre, tes exténués, envoie-les moi les déshérités, je dresse ma lumière au-dessus de la porte d’or ».

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.