Gérémy Crédeville nous le dit : ça va être l’enfer cette chronique, télétravailler seul avec deux enfants, c’est impossible, sémantiquement déjà il y a un souci : « seul, avec deux enfants ».

Je suis désolé de ne pas être parmi vous ce matin les amis, je suis avec mes deux bourreaux/mes deux enfants.

Ouais, deux enfants ouais, à croire que j’avais pas bien compris la première fois.

Alors pour ceux qui n’ont pas l’image, là actuellement j’ai du vomi sur le tee-shirt, des gommettes sur le visage et du Nutella sur les doigts.

Bon… c’est pas du Nutella. Pose ta tartine ma chérie papa s’est trompé. Pose ta tartine. Non, pose-la. Pose-la. Pose ! En fait, faut réduire au maximum ses phrases pour qu’elle les comprenne. Non mais pas sur le tapis ! Oh lalala!

Elle me cassait moins les burnes quand elle était encore dedans.

Non mais là je suis désolé, ça va être l’enfer cette chronique, télétravailler seul avec deux enfants c’est impossible, sémantiquement déjà il y a un souci « seul, avec deux enfants. »

C’est comme si tu bossais avec deux collègues hyper chiants : un dépressif qui pue et qui chiale tout le temps, et l’autre qui te pose tout le temps des questions en allongeant le dernier mot de sa phrase et qui se sert de tes réponses pour reposer des questions. 

« Pourquoi t’écris cordialement à la fin de tes maiiiils?

- C’est une formule de politesse.

- C’est quoi la politeeeesse? »

Moi là mes collègues elles ont deux ans et demi et trois mois et ce sont deux filles donc elles parlent beaucoup. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés