Tous les commentateurs ont rempli les plateaux de télévision pour répondre à cette question mais nul n’en sait rien.

D’abord, tout évidemment dépendra de la gravité de la maladie qui peut plus ou moins l’handicaper pour la poursuite de sa campagne et émouvoir plus ou moins les électeurs. N’oublions pas que l’électorat est polarisé et que le nombre des indécis est exceptionnellement bas. A priori, sauf détérioration durable de la santé du président, je ne vois pas d’effet déterminant sur le résultat du scrutin.