L’élection présidentielle américaine ne s’est pas conclue le 3 novembre, la raison en est d’abord technique.

Le système électoral américain est de la responsabilité des Etats qui la délèguent aux comtés et aux municipalités dont les moyens, le zèle et l’efficacité sont assez divers en l’absence de toute règlementation qui uniformiserait les procédures. Ce système assez archaïque a, de surcroît, été submergé par une participation exceptionnelle – près de 10 points de plus qu’en 2016 – et surtout le recours massif au vote par correspondance, en temps de COVID. N’oublions pas que les bulletins ont parfois plusieurs pages puisqu’il s’agit non seulement d’élire le président, la Chambre, le tiers du Sénat mais aussi les législatures des Etats, des juges et des shériffs et parfois de tenir des référendums locaux. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.