C’est une question légitime. Nous ne suivons pas avec le même souci du détail et avec la même passion les élections chez nos voisins immédiats, que ce soit en Allemagne ou au Royaume-Uni.

 Pour moi, une raison évidente est la qualité dramatique de l’exercice, plein de rebondissements avec des ‘’saisons’’ comme pour les séries télévisées, des primaires aux conventions, des conventions à l’élection ; des personnages hier inconnus soudain au premier rang pour disparaître l’épisode d’après et des coups de théâtre comme le furent les percées puis les élections d’Obama et de Trump. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.