Retour sur ce discours très violent cette nuit, en clôture de la convention républicaine de Donald Trump contre Joe Biden, et la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement Trump, toujours égal à lui-même.

Le président américain Donald Trump pendant son discours d’acceptation de la candidature du Parti républicain pour la réélection lors de la dernière journée de la Convention nationale républicaine, août 2020
Le président américain Donald Trump pendant son discours d’acceptation de la candidature du Parti républicain pour la réélection lors de la dernière journée de la Convention nationale républicaine, août 2020 © AFP / SAUL LOEB

Quand Trump entend séduire son électorat 

C'est un peu la conclusion logique de la convention républicaine qui a été un long message adressé, par Trump, aux Blancs américains, à l'homme blanc américain qui consiste à considérer que les Démocrates envisagent de prendre votre Amérique, c'est-à-dire les minorités, les minorités ethniques, les minorités sexuelles, les minorités intellectuelles, les femmes sont en train de prendre votre Amérique, c'est-à-dire votre dieu, vos armes, votre capitalisme, il faut donc vous vous défendre. 

Mais n'oubliez pas Trump, c'est une bête politique. L'élection américaine se fera comme en 2016, dans trois ou quatre Etats, c'est-à-dire le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie. Ce sont précisément des États où les hommes blancs sans éducation supérieure constituent une part disproportionnée de l'électorat.

Il y avait donc là, derrière, un vrai calcul électoral. 

La gestion de la crise sanitaire par le gouvernement Trump, très contestée

C'est un désastre sanitaire. L'épidémie se poursuit dans une grande partie du territoire américain. Elle est incontrôlée, avec un nombre de victimes de un millier par jour. Nous en sommes aujourd'hui à 180 000 morts sur l'ensemble des Etats-Unis, un bilan qui est sensiblement pire que celui de notre pays. Et rien ne permet d'attendre une amélioration de la situation à court terme. 

La maladie va continuer à flamber aux Etats-Unis dans les semaines qui viennent.

Face à cela, Donald Trump fidèle à lui-même

Donald Trump, fidèle à lui-même, il répète que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, que les Etats-Unis s'en tirent mieux qu'ailleurs et que l'administration a fait naturellement un travail formidable. Il appelle à rouvrir partout l'économie, il demande que la rentrée des classes et normalement lieu. Il est dans le déni le plus total du désastre et c'est franchement surréaliste de l'écouter se féliciter de la situation. Et d'ailleurs, la convention républicaine qui vient de se tenir était quasiment silencieuse sur le sujet