Six nouveaux critères de pénibilité entrent aujourd'hui en application.

Six nouveaux critères de pénibilité entrent aujourd'hui en application.
Six nouveaux critères de pénibilité entrent aujourd'hui en application. © Getty / Dado Galdieri/Bloomberg

Les postures pénibles, le port de charges, l'exposition aux bruit et vibrations, aux produits chimiques ou encore aux températures extrêmes . Critères qui s'ajoutent aux quatre déja en places depuis 2015 : travail de nuit, les modulations d'horaires, le travail répétitif ou en caisson hyperbare.

3 millions de salariés seraient concernés selon le gouvernement. Objectif: donner aux salariés concernés la possibilité de cumuler des points, jusqu’à 100 points, pour partir plus tôt à la retraite ou bénéficier de formations ou travailler à temps partiel.

Les chefs d'entreprises vont donc devoir quantifier l'exposition quotidienne de chacun de leurs salariés à ces 6 nouveaux critères de pénibilité.

"Une  véritable usine à gaz" selon le patronat , une  mesure « inapplicable » ,  que les entreprises "n'appliqueront pas", a déclaré Pierre Gattaz au Medef (s'attirant un rappel à l'ordre cinglant de l'exécutif, de Manuel Valls à Marisol Touraine en passant par Myriam El Khomri.)

Un reportage de Laurent Kramer

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.