Les épreuves du brevet démarrent ce lundi 1er juillet. Cette année, c'est inédit, en raison de la canicule, la date du brevet a été déplacée de quatre jours. Les candidats ont apprécié ce temps supplémentaire pour réviser.

Brevet des collèges en 2018
Brevet des collèges en 2018 © Maxppp / Olivier Arandel

Après ce "faux départ", c'est (encore) le grand jour pour les 831 700 candidats de métropole, de La Réunion et de Mayotte, qui vont plancher dès 9 heures. Les 17 000 candidats des Antilles ont déjà composé jeudi et vendredi derniers. Un délai supplémentaire que beaucoup ont utilisé pour se préparer encore un peu mieux.

"On avait plus de temps de révision et je trouve que c'est mieux, parce qu'avec la canicule, il aurait été difficile de se concentrer, plusieurs élèves auraient pu faire des malaises. Donc c'est mieux que le brevet ait été décalé", explique Dora, élève de 3ème à Paris. Elle ajoute qu'elle a eu plus de temps pour se préparer pour les math et l'histoire-géographie. C'est aussi cette dernière matière que sa camarade Amandine a révisée ces derniers jours, même si elle estime qu'elle déjà était prête. Avila, une autre jeune fille, est sortie un peu avec ses amis mais elle est surtout restée chez elle pour revoir encore ses cours.

Les élèves ne sont pas particulièrement stressés et l'examen devrait se dérouler dans des conditions plus favorables, la canicule étant terminée. Les épreuves et les horaires restent les mêmes avec, dans l'ordre, le français et les mathématiques ce lundi, l'histoire-géographie et les sciences mardi.

"Ils vont se dire qu'on a eu plus de temps, qu'on n'a pas vraiment d'excuse"

Ces épreuves finales obligatoires comptent pour 400 points. Les élèves sont également évalués par le contrôle continu sur 400 points également. Il suffit d'avoir la moyenne pour obtenir le brevet. Certains candidats l'ont déjà, avant même de passer les écrits, grâce au contrôle continu.

Mais quelques jeunes craignent que les correcteurs tiennent compte du délai supplémentaire qu'ils ont eu cette année. Rokia précise : "Ils vont se dire qu'on a eu plus le temps, du coup on n'a pas vraiment d'excuse, comme quoi on n'a pas eu le temps de réviser. Je pense qu'ils seront plus sévères pour la correction."

L'an dernier, le taux de réussite au brevet a atteint 87,2 %. Ce premier examen national représente un passage obligé et important qui marque la fin des années collège. C'est pour cette raison que, malgré la canicule, les épreuves ont été maintenues et simplement déplacées, avec une possibilité de les passer plus tard.

"Ça a décalé les soirées, les vacances"

Une session de remplacement est prévue les lundi 16 et mardi 17 septembre prochains, pour ceux qui seraient absents et qui pourront justifier d'un déplacement (billet de train, billet d'avion) ou d'une situation familiale particulière, dans le cas de parents divorcés par exemple. 

Mais ces cas resteront rares. La plupart des candidats seront bien présents dans les salles d'examen en ce début juillet. Certains d'entre eux regrettent tout de même que le brevet n'ait pas été maintenu aux dates prévues. Tom, par exemple, raconte : "On était prêts et ils nous ont prévenus au dernier moment". Il aurait préféré que le brevet ait lieu jeudi dernier : "J'avais même acheté un petit ventilateur pour la classe, j'avais tout prévu".

Pourquoi voulait-il absolument passer les épreuves en pleine canicule ? Il répond tout simplement : "Ça nous a retardé. Vous vous doutez bien que pour la fin du brevet, il y avait plein de fêtes, des soirées mais tout est décalé, ça a décalé les soirées, les vacances..."

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.