Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif était l’invité du 7-9 de Patrick Cohen le 13 septembre dernier et voilà ce qu'il disait au sujet de la mondialisation:__

L’Europe est ouverte à 99,7% et 0,3% de protection, alors que tous les autres pays sont beaucoup plus intelligents dans leur manière de faire les choses. Donc il s’agit d’éviter que l’Union européenne soit comme la cavalerie américaine qui arrive quand tout le monde s’est fait scalper.__

L’Union européenne trop ouverte à la mondialisation : vrai ou faux ?

arnaud montebourg défend la "démondialisation"
arnaud montebourg défend la "démondialisation" © reuters

C’est faux si l’on prend ce chiffre qu’Arnaud Montebourg cite régulièrement : 99,7%. Un chiffre à la fois très précis et très mystérieux. Aucun expert, aucun économiste, aucun député européen n’en a entendu parler. A la Commission européenne, on se montre perplexe. Quant au cabinet d’Arnaud Montebourg, il n’a pas été en mesure de m’en donner ni la source ni l’origine.

Ce qui est vrai c’est que l’Europe, comme la plupart des pays industrialisés, est très ouverte au commerce mondial.

Lorsqu’il s’agit des biens manufacturés, nos barrières ne dépassent pas les 2% : à peu près autant que les Etats-Unis et le Canada, mais deux fois moins que la Chine.

En revanche, l’Europe est beaucoup plus protectionniste lorsqu’il s’agit de ses produits agricoles ; pour le bœuf par exemple, les tarifs à l’entrée s’élèvent à près de 45%.

Explication de Philippe Martin, économiste à Sciences Po :

L’Europe est plus ouverte que la Chine dans son commerce international, tout comme les Etats-Unis. Certes, on peut essayer de se protéger dans certains secteurs. Mais c’est que l’on a vu avec le cas de la Chine : si on fait des protections sur un secteur, la Chine va agir en mettant des mesures de rétorsion. Une voiture, un ordinateur, sont assemblés et construits dans plein de pays. Donc si vous êtes dans cette chaine de production et que vous mettez des tarifs sur les importations de biens intermédiaires, vous rendez non compétitifs vos exportateurs.

Arnaud Montebourg affirme aussi que l’Union européenne n’est pas assez offensive, elle arrive toujours après la bataill. Et c’est vrai si l’on prend l’affaire des panneaux photovoltaïques chinois. En un an, les industriels chinois, qui sont en surproduction, ont littéralement inondé le marché mondial en vendant à n’importe quel prix. Les Etats-Unis ont aussitôt imposé de fortes taxes sur les panneaux chinois, alors que les Européens ont tardé à réagir, comme le confirmeMichel Fouquin, conseiller au Centre d’étude prospective internationale (CEPII) :

Les Américains ont réagi plus vite, parce que c’est un seul pays, avec un seul ministre du commerce extérieur qui peut prendre des décisions assez rapidement. Alors que nous, on est quand même une communauté à 28 pays, maintenant, donc il y a ceux qui ne produisent aucun panneau photovoltaïque, donc moins cher ils payent, mieux c’est, donc ils préfèrent importer de Chine. Il n’y a pas un front commun des pays européens sur ces sujets-là.

Des Européens moins réactifs, mais qui gagnent plus souvent devant l’Organisation Mondiale du Commerce.

Par ailleurs, si les droits de douane sont, dans certains secteurs très faibles, les normes européennes en matière de santé ou de sécurité, sont de vraies barrières. Exemple : le bœuf aux hormones ou les OGM.

Ce sera l’objet d’âpres discussions dans la négociation commerciale transatlantique qui s’ouvre avec les Etats-Unis.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.