Le théâtre Habima, situé à Tel-Aviv, vient de prendre position dans une importante controverse qui traverse le monde culturel israélien.

Le théâtre Habima, Théâtre National d'Israel, vient de prendre position au milieu d’une importante controverse qui traverse le monde culturel israélien. Habima a décidé d’aller jouer dans l’une des colonies les plus dures de Cisjordanie. Ce franchissement de la ligne verte fait suite à une campagne de la ministre de la culture, qui cherche à forcer la main des compagnies pour les faire jouer dans les colonies. Pour le camp de la paix, c'est une défaite supplémentaire.

Un reportage d'Etienne Monin.

Kiryat Arba fait partie des colonies soupçonnée d’entretenir fortement les tensions avec les palestiniens. Elle est située sur le flanc de la ville d’Hebron. Il y a cinq ans, les habitants devaient aller à Jérusalem pour la culture. Depuis, un théâtre de 500 places a été construit, et les responsables de la communauté parmi lesquels Elisheva Federman, entendent bien remplir les dates.

" Ce serait de la discrimination de ne pas venir à Kyriat Arba. Nous sommes des citoyens de ce pays. On paye les impôts. On fait l’armée. Le gouvernement ne peut pas prendre notre argent, avec les taxes, pour en faire profiter seulement a une partie qui vit à Tel-Aviv. "

Ce désir de normalité se heurte au statut des colonies considérées comme des villes illégales par le droit international, mais soutenue par le gouvernement israélien. D’où cet argument simple pour justifier aujourd’hui d’un accès aux pleins services.

"Tous les citoyens d’israel, peut importe ou ils vivent, on le droit d’avoir acces à de la bonne culture"

La culture israélienne, dans les colonies de Cisjordanie est devenue une affaire politique. Elle est perçue comme une normalisation. Elle est défendue par la ministre de la culture, qui se prépare à réduire les subventions, des troupes qui refusent de franchir la ligne verte. La position du théâtre Habima fait donc figure de brèche dans un camp de la paix déjà affaiblit explique Haim Weiss enseignant qui milite contre la décision du théâtre.

"Je ne sais si le milieu culturel appartient toujours a la gauche, ou si on aime a croire que le milieu culturel nous appartient, ou fait partie de la gauche. On est un tout petit groupe maintenant, et pour moi, voir le théâtre national ce n’est pas la même chose que voir un camion de la poste qui irai a Kiryat Arba, ce n’a pas la même portée .C’est comme effacer la ligne verte, et dire tout cela c’est Israël."

Cette représentation n’est pas la première dans une colonie. Mais elle est faite de façon très visible, par une importante institution culturelle.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.