Alors que les vacances d'été débutent vendredi soir, certaines écoles s'apprêtent à fermer pour de bon. Cette année, le ministère dénombre 359 fermetures d'écoles dont 153 sont dues à des regroupements. Dans la Somme, 27 écoles ferment en raison de regroupements, souvent contestés par les parents d'élèves.

Les derniers jours d'une école de campagne à Andainville dans la Somme
Les derniers jours d'une école de campagne à Andainville dans la Somme © Radio France / Rémi Brancato

À Andainville, 250 habitants, dans la campagne picarde, l'école maternelle, un tout petit bâtiment inauguré en 1882, comme l'indique l'inscription sur la façade, vit ses dernières heures. Vendredi soir, l'école ferme pour de bon et n'accueillera plus son unique classe de maternelle de 15 élèves.

"On sait que nos enfants sont biens dans cette école : partir pour du plus grand, à quoi cela sert?" s'interroge Isabelle, maman d'un garçon de 4 ans. "L'année prochaine, il prendra le bus : cela fait un peu peur" ajoute-t-elle.

Bientôt 350 enfants dans le grand regroupement d'écoles

L'école est en fait transférée à Oisemont, dans un RPC, un regroupement pédagogique concentré, déjà existant, porté par la communauté de commune Somme Sud Ouest (CCSSO). De 15 aujourd'hui, les tout jeunes élèves de 3 à 6 ans s'apprêtent à intégrer un groupe scolaire de 350 élèves venus des communes alentours

"On n'avait pas d'autre solution parce que l'Education nationale aurait fermé les classes" - le maire d'Andainville

"Pour moi c'est un poulailler" s'énerve Laetitia. "On n'a pas le contact avec les professeurs, on n'a que le carnet de liaison" s'agace de son côté Cassandra. 

Des enfants de 3 ans dans le bus, matin et soir

Surtout, les enfants devront prendre le bus, comme les grands de l'école élémentaire, déjà soumis au rythme des cars pour se rendre à l'école le matin et en revenir le soir. 8 kilomètres de trajet à effectuer matin et soir, avec un retour après 17 heures et un repas à la cantine.

Les enfant de l'école élémentaire prennent déjà le bus pour rejoindre la commune d'Oisemont, à plus de 10 minutes de route
Les enfant de l'école élémentaire prennent déjà le bus pour rejoindre la commune d'Oisemont, à plus de 10 minutes de route © Radio France / Rémi Brancato

Pour Andainville, la fermeture marque la fin d'une époque. "C'est l'école dans laquelle j'ai appris à lire et écrire" souligne Philippe Dallery, maire depuis 37 ans, qui soutient le regroupement. "J'estime qu'il faut évoluer avec son temps : l'après midi dans une école maternelle, la moitié des enfants ne viennent pas, on n'avait pas d'autre solution parce que l'Education nationale aurait fermé les classes" explique-t-il.

359 écoles ferment en France cet été

En France, pour cette rentrée 2019, le ministère de l'Education nationale dénombre 359 fermetures d'écoles dont 153 dues à des regroupements. Dans la Somme, 27 écoles ferment en raison de ces regroupements, souvent contestés par les parents d'élèves et devenus courant en zone rurale.

"Ce n'est pas la seule communauté de communes où des enfants de 3 ans montent dans des bus"

A Oisemont, le regroupement d'écoles est un bâtiment impressionnant, avec un grand parking pour les bus et les voitures des parents, venus de toutes les communes des alentours. "Ce n'est pas la seule communauté de communes où des enfants de 3 ans montent dans des bus" se défend Thierry Hébert, vice président de la CCSSO, en charge du patrimoine et donc des travaux d'agrandissement du regroupement pédagogique. 

A Oisemont, la communauté de communes agrandit encore son regroupement d'écoles pour accueillir les maternelles
A Oisemont, la communauté de communes agrandit encore son regroupement d'écoles pour accueillir les maternelles © Radio France / Rémi Brancato

Les engins mettent un dernier coup au bâtiment qui accueillera les maternelles et la cantaine. "On va regrouper des moyens modernes pour l'éducation, je pense que c'est un plus pour les enfants et pour les enseignants" ajoute-t-il. Dans le département de la Somme, le syndicat Snuipp dénonce, de son côté des écoles devenues "usines"

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.