la cfdt menace de demander un gel des aides aux entreprises
la cfdt menace de demander un gel des aides aux entreprises © reuters

Laurent Berger a ouvert lundi à Marseille le 48e congrès de la CFDT, après le séisme des européennes. Au centre des débats : les récentes réformes du gouvernement, comme le pacte de responsabilité qui suscite toujours des interrogations.

Environ 2.500 délégués et cadres sont réunis jusqu'au 6 juin au parc Chanot à Marseille. Côté direction, pas de surprise à attendre : seul candidat en lice, Laurent Berger, 45 ans, élu numéro un par une Assemblée générale en novembre 2012 pour succéder à François Chérèque, sera reconduit.

►►► ALLER PLUS LOIN | Pacte de responsabilité : un accord en demi-teinte

Le congrès survient une semaine après le scrutin européen qui a vu pour la première fois le Front national arriver en tête et le PS descendre dans des abîmes.

"Zones de doutes"

Les militants sont arrivés au Congrès "forcément sonnés" par ce résultat, a déclaré Laurent Berger. Le syndicat l'impute notamment au "manque de visibilité des résultats" sur le front de l'emploi et des inégalités. La question est cruciale pour la centrale qui a approuvé toutes les réformes du gouvernement - emploi, retraites, pacte de responsabilité.

►►► À ÉCOUTER | Laurent Berger, invité de Tous Politiques le 4 mai dernier : "Notre pays se nourrit du pessimisme"

La proximité avec le pouvoir socialiste de dirigeants emblématiques, comme François Chérèque ou le héros de Florange Edouard Martin, candidat PS aux européennes, a contribué à brouiller l'image de la CFDT.

Laurent Berger reconnaît une "interrogation" et des "zones de doutes" à propos de la "volonté du patronat à assumer ses engagements", et appelle le gouvernement à stopper les aides aux entreprises si les engagements ne sont pas tenus.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.