Reportage de Sébastien Riglet (France Bleu Saint-Etienne Loire)

À quatre jours de la clôture du délai de dépôt des candidatures, certaines communes n'ont pas encore officiellement de candidats ! Il faut dire que le "job" de maire fait de moins en moins rêver...

mobilisation en raison du nombre réduit de candidatures pour les municipales
mobilisation en raison du nombre réduit de candidatures pour les municipales © reuters

Les candidats aux municipales ont jusqu'à jeudi 18h pour déclarer leur liste en préfecture ou en sous-préfecture. Mais à quatre jours de la date limite, des communes s'interrogent : qui va prendre la relève ? Car aucun candidat ne s'est encore manifesté.

Exemple dans le département de la Loire : dix communes sont dans ce cas, dont six dans l'arrondissement de Montbrison.

Pourquoi ? Parce que la fonction a de quoi décourager, explique Pascal Garrido, le maire de La Talaudière depuis 1995, unique candidat à sa succession aux municipales :

En Allemagne, le maire est un professionnel. Il touche trois fois plus qu'un maire français.

Mais ce n'est pas qu'une histoire d'argent. A Chatelus, il n'y a tout simplement aucun candidat déclaré. Alain Bouy est le maire depuis 2008. Et après six ans de mandat, c'est sûr, il ne se représentera pas :

Il y a un manque de reconnaissance. Certains habitants ne nous facilitent pas le travail.

Alors que se passe-t-il si aucun candidat ne se manifeste d'ici à jeudi ? Si aucune liste n'est présentée, le préfet nomme "une délégation spéciale", chargée d'assurer l'intérim pendant trois mois. Au terme de ce délai, s'il n'y a toujours aucun candidat, le préfet devra proposer de rattacher la commune concernée à une commune voisine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.